Retour à la page des mises à jour   -    Index  Index par thèmes   -   Retour à la page d'accueil apparitionsmariales.org
Connaître Dieu
Qui est-il ? Comment agit-il ? Que fait-il ?
Jésus : "Quand vous me connaîtrez vraiment, nous formerons un partenariat et vous serez volontiers mon reflet sur terre"
---------------------------------------------------------------------
Jésus : "Par conséquent, Dieu n'a pas agi "en espérant", comme on écrit incorrectement, mais "en sachant".
Rien n'est inconnu à Dieu."

."Il n'y a rien que Dieu ne connaisse depuis l’Éternité"
Autres chapitres : La puissance de Dieu   Aimer Dieu   La rencontre avec Dieu   L'union avec Dieu
---------------------------------------------------------------------
Dieu, notre vrai père   Dieu, notre vraie mère
---------------------------------------------------------------------
Vivre dans la volonté de Dieu   Dieu le Père/Dieu le Fils   La Trinité
---------------------------------------------------------------------
En colère contre le Seigneur   Dieu et les hommes   Justice de Dieu
---------------------------------------------------------------------
Jésus et son époque   Jésus vrai Messie

Photo ci-contre, le Mont Moïse (2 285 mètres) - Sinaï - Égypte
--------------------------------------------------------------------------------

 Tout ce que Je Suis

Message de Jésus à Julie Whedbee, le 18 décembre 2013 - Tout ce que Je Suis (I)


Je suis Abba Père  -  Je vous donne des limites  -  Je ne vous ferai jamais défaut
Je suis tout à fait adorable  -   Je vous remonte  le moral  -  Je ne vous abandonnerai  jamais
Moi seul suis autorité  -  Je fais cesser vos soucis  -  Je suis votre forteresse

Je vous ai adopté par mon Souffle  -  J'ai été écrasé pour votre péché  -  Je suis votre fondation
Je suis le vengeur  -  Je vous accomplis  -  Je suis la porte du Ciel
Je suis l'amen de la vérité  -   Je suis votre confiance  -  Je suis la bonté

Je suis l'ancre de votre âme  -  Je vous donne le courage  -  Je suis doux avec vous
Je demeure en vous  -  Je me suis fait malédiction  -  Je suis le donateur
Je demeure dans la Parole  -  Je suis un feu dévorant  -  J'ai porté votre douleur

Je suis votre tout en tout  -  Je connais vos chemins  -  Je suis le cadeau
Je suis le Tout-Puissant  -  Je suis Dieu le Fils  -  Je dévoile votre péché
Je suis tout ce dont vous avez besoin  -  Je déclare mon pouvoir  -  Je suis joie

Je suis toujours là pour vous  -  Je suis défense et défenseur  -  Je garde votre âme
Je suis Celui impressionnant  -  Je tends Ma main
Je suis la réponse  -  Je suis le désir de votre cœur  -  Je Me suis humilié

Je vous aime à la folie  -  Moi seul donne la dignité  -  Je suis votre vêtement du salut
Je suis l'alpha de vos journées  -  Je suis votre libérateur
Je suis l'Oint  -  Je détruis le mal  -  Je suis le grand médecin

Je suis le bras de la force  -  Je suis le ravissement  -  Je suis glorieux
Je suis votre avocat  -  Je suis votre cœur  -  Je suis le Verbe
J'ai expié pour le péché  -  Je suis la porte, votre guide  -  Je vous rassemblerai en Moi

(...)




Je suis Dieu, mais Dieu d'Amour ! Je suis Père, mais un Père qui aime avec tendresse et non avec sévérité

Message du Sacré Coeur à Soeur Josefa Menendez reçudu 10 au 14 juin 1923
 
Je suis l'Amour! Mon Cœur ne peut plus contenir la Flamme qui Le dévore. J'aime à tel point les âmes, que J'ai donné ma vie pour elles.

Pour leur amour, J'ai voulu rester emprisonné dans le tabernacle. Depuis vingt siècles, Je demeure là, nuit et jour, voilés sous les apparences du pain et caché dans l'Hostie, supportant, par amour, l'oubli, la solitude, les mépris, les blasphèmes, les outrages, les sacrilèges....

Pour l'amour des âmes, J'ai voulu leur laisser le Sacrement de Pénitence, afin de leur pardonner, non pas une fois ou deux, mais aussi souvent qu'elles auront besoin de recouvrer la grâce. Là, Je les attends... là. Je désire qu'elles viennent se laver de leurs fautes, non avec de l'eau, mais dans mon propre Sang.

Au cours des siècles, J'ai révélé, de différentes manières, mon Amour pour les hommes: Je leur ai montré combien le désir de leur salut Me consume. Je leur ai fait connaître mon Cœur. Cette dévotion a été comme une lumière répandue sur le monde. Elle est aujourd'hui le moyen dont se servent, pour toucher les cœurs, la plupart de ceux qui travaillent à étendre mon Règne.

Je veux maintenant quelque chose de plus, car si Je demande l'amour pour répondre à celui qui Me consume, ce n'est pas le seul retour que Je désire des âmes: Je désire qu'elles croient en ma Miséricorde, qu'elles attendent tout de ma Bonté, qu'elles ne doutent jamais de mon Pardon.

Je suis Dieu, mais Dieu d'Amour! Je suis Père, mais un Père qui aime avec tendresse et non avec sévérité. Mon Cœur est infiniment saint, mais aussi infiniment sage et, connaissant la misère et la fragilité humaines, Il s'incline vers les pauvres pécheurs avec une Miséricorde infinie.

J'aime les âmes après qu'elles ont commis leur premier péché, si elles viennent Me demander humblement pardon.... Je les aime encore, quand elles ont pleuré leur second péché et, si cela se répète, Je ne dis pas un milliard de fois, mais des millions de milliards, Je les aime et leur pardonne toujours, et Je lave, dans le même sang, le dernier comme le premier péché!

Je ne Me lasse pas des âmes et mon Cœur attend sans cesse qu'elles viennent se réfugier en Lui, et cela d'autant plus, qu'elles sont plus misérables! Un père n'a-t-il pas plus de soin de l'enfant malade que de ceux qui se portent bien? Pour lui, sa sollicitude et ses délicatesses ne sont-elles pas plus grandes? Ainsi, mon Cœur répand-Il sur les pécheurs, avec plus de largesse encore que sur les justes, sa Compassion et sa Tendresse.

Voilà ce que Je désire expliquer aux âmes:
-- J'enseignerai aux pécheurs que la Miséricorde de mon Cœur est inépuisable;
-- aux âmes froides et indifférentes, que mon Cœur est un Feu qui veut les embraser, parce qu'Il les aime;
-- aux âmes pieuses et bonnes, que mon Cœur est le Chemin pour avancer vers la perfection et arriver en sécurité au terme bienheureux.

-- Enfin, aux âmes qui Me sont consacrés, aux prêtres, aux religieux, à mes Âmes choisies et préférées, Je demanderai, une fois de plus, qu'elles Me donnent leur amour et ne doutent pas du Mien, mais surtout qu'elles Me donnent leur confiance et ne doutent pas de ma Miséricorde! Il est si facile d'attendre tout de mon Cœur.

Jésus s'est arrêté. Il donne à Josefa quelques précisions sur la manière dont son Père Directeur devra mettre l'évêque de Poitiers au courant de tout et, comme Il lit en son âme les anxiétés qui l'assaillent :
Pourquoi - insiste-t-Il avec bonté?
Ne sais-tu pas que Je l'aime?... Ne sais-tu pas que c'est pour les âmes et pour ma Gloire?... Ne te préoccupe de rien. Fais simplement tout ce que Je te dis et donne-Moi tout le temps que Je te demande.

Dès le lendemain, mardi 12 juin en entrant dans sa cellule, vers huit heures du matin, elle y trouve son Maître qui l'attend. Après quelques instants d'adoration, elle renouvelle ses Vœux et s'offre à sa Volonté. Jésus poursuit alors l'entretien de la veille :

Je veux pardonner. Je veux régner. Je veux pardonner aux âmes et aux nations. Je veux régner sur les âmes, sur les nations et sur le monde entier. Je veux répandre ma Paix jusqu'aux extrémités du monde, mais, d'une manière spéciale, sur cette terre bénie, berceau de la dévotion à mon Cœur. Oui, Je veux être sa Paix, sa Vie, son Roi! Je suis la Sagesse et le Bonheur, Je suis l'Amour et la Miséricorde, Je suis la Paix Je régnerai!

Pour effacer son ingratitude, Je répandrai un torrent de Miséricorde. Pour réparer ses offenses, Je prendrai des victimes qui obtiendront le pardon.... Oui, il y a dans le monde beaucoup d'âmes qui désirent Me plaire.... Il y a encore des âmes généreuses qui Me donneront tout ce qu'elles ont, afin que Je Me serve d'elles selon mes Désirs et ma Volonté.

Pour régner, Je commencerai par faire Miséricorde, car mon Règne est de Paix et d'Amour: Voilà la fin que Je veux réaliser, voilà mon ŒUVRE d'Amour! »

Alors, avec une condescendance toute divine, Notre-Seigneur explique, afin que Josefa le transmette à son évêque, pourquoi Il a daigné abaisser son Regard sur la Société du Sacré-Coeur et la choisir comme intermédiaire de ses désirs :
Fondée sur l'Amour, sa fin est l'Amour. Sa vie est l'Amour... et l'Amour c'est mon Cœur! », dit-Il, marquant ainsi le lien étroit qui devra vouer la Société à cette OEUVRE pour laquelle Il l'a voulue.


Quant à toi - poursuit-Il - Je t'ai choisie comme un être inutile et dépourvu de tout, afin que ce soit bien Moi, Celui qui parle, Celui qui demande, Celui qui agit.

Puis, découvrant l'ensemble de son Dessein :
J'adresse mon Appel à tous: aux âmes consacrées et à celles du monde, aux justes et aux pécheurs, aux savants et aux ignorants, à ceux qui commandent et à ceux qui obéissent. À tous, Je viens dire:
Si vous voulez le bonheur, Je le suis.
Si vous cherchez la richesse Je suis la Richesse infinie.
Si vous désirez la paix, Je suis la Paix.

Je suis la Miséricorde et l'Amour! Je veux être le Roi!


Aucun de Mes attributs ne peut être contrarié aux dépens d’un autre

Message de Jésus à JNSR (France),  reçu le 12 Octobre 2012

DIEU notre Père sera-t-il un jour compris par toutes les races du Monde ? Il est la Puissance du Monde. Il est l’Etre Suprême : par Lui, tout vit, tout respire, tout existe. Et Lui-même est soumis. (Il S’est soumis à Ses 10 attributs), c'est-à-dire que tout marche et ne peut marcher autrement qu’en concordance.

Exemple : DIEU Lui-même soumis à Sa Loi, ne doit pas toucher à l’un de Ses attributs, aux dépens de l’autre : Il ne peut faire agir Sa Compassion dans Son Amour miséricordieux, en dépit de Sa Justice. L’Univers entier ne peut se maintenir en place qu’en suivant cette règle.

PÈRE : DIEU est Père, Fils et Saint Esprit. Rien n’est impossible en Lui. Il peut TOUT. N’êtes-vous pas vous-même maître de votre parole ? Et de votre esprit ?
 
FILS : « Et le Verbe S’est fait chair ». Ainsi par le Père et par Marie notre Mère, Jésus-Christ est né DIEU Lui-même. Il est la Parole Sainte du Père.

ESPRIT SAINT : La Puissance du Père qui est Son Esprit Saint, est cette activité intelligente qui est le caractère de DIEU. (Il se trouve être dans le Père et dans le Fils).

Le principe immatériel (l’âme, le corps et l’esprit) du Père et du Fils, est invisible et visible à la fois. Telle est le Nature du Père et du Fils, habités tous deux par l’Esprit Saint qui est DIEU

Le Père, le Fils et le Saint Esprit sont de même Nature que DIEU. Tout est en DIEU et chacun est DIEU.

MYSTÈRE ? NON ! DIEU EST UNIQUE ET VRAI.

N’offensez DIEU dans aucun de Ses attributs qui sont au nombre de 10, parce que c’est sur eux que repose l’HARMONIE DE L’UNIVERS.


Je suis DIEU SOUVERAIN.
Je suis DIEU
SAUVEUR.
Je suis DIEU d’une moralité PARFAITE.
Je suis DIEU AMOUR MISÉRICORDIEUX.
Je suis DIEU VIE ÉTERNELLE.
Je suis DIEU VÉRITÉ.
Je suis DIEU OMNISCIENT  (possédant toutes les connaissances).
Je suis DIEU OMNIPOTENT   (Tout Puissant).
Je suis DIEU IMMUABLE (jamais de changement dans Ma Nature et Mes attributs.
Je suis DIEU JUSTE.

Aucun de Mes attributs ne peut être contrarié aux dépens d’un autre.
Je suis AMOUR MISÉRICORDIEUX en même temps que JUSTICE.

Je le répète, c’est ainsi que marche l’harmonie du Monde et de tout l’Univers. N’attendez pas de MOI que Je change, ni que Ma Sainte Volonté se plie à la vôtre ! Vous voulez user de Mon infinie Miséricorde, mais vous n’êtes pas sans savoir que Ma Justice est également infinie.

Ne vous étonnez pas de voir surgir une dévastation au loin, causant des centaines de morts par l’eau et le feu, lorsque ici-même, vous venez de franchir la barrière des interdits. Je dis : Vous tous qui n’êtes pas innocents, vous risquez votre propre vie à cause de celui qui vient de fauter contre DIEU et contre Sa LOI. Regardez autour de vous l’horreur de la faute qui se commet contre la Sainte Majesté de DIEU. Réparez vite la faute qui se commet contre DIEU et contre sa Loi.

Vous ne saurez jamais où la Foudre de DIEU peut tomber, mais elle tombe toujours ! Elle est la Sainte Volonté du Tout Puissant ! Je réclame le repentir de chacun !
(Faites célébrer des Messes pour le Repentir Mondial !)

Paroles de Jésus-Christ.

 


Dans Ma sagesse, Je vois tout et Je prévois et choisis

Messages de Jésus à Valentina Papagna, reçus à Sydney (Australie) le 13 juillet 2012

J'ai souri à Dieu le Père qui s'approchait de moi tout doucement : « Ma fille, aujourd'hui Je dois révéler quelque chose qui te concerne. Quand J’ai planifié et créé le monde, Je t’avais dans Mon esprit dès le début, et Je t’avais choisie avec un tendre amour et de la joie. »

J'ai souri et dit : « Oh, mon Père c’était il y a longtemps. Vous savez tout. »

« 
Dans Ma sagesse, Je vois tout et Je prévois et choisis. Personne n'est au-dessus de Moi, répondit le Père. Sois heureuse, Ma fille, de M’appartenir. Je t'aime si tendrement. N’aie pas peur de Me proposer tes sacrifices d'amour. »

Merci, mon Père aimant, Je vous aime.



...comme des esclaves sous un maître tyrannique, qui se tient drapé dans sa puissance et reste par son orgueil, distant de ses sujets, pour les contraindre au respect et au dévouement. Non, non ! Mes enfants !
Je sais me faire petit, mille fois plus que vous ne supposez !

Message de Dieu le Père à Mère Eugenia E. Ravasio : deuxième cahier, 1932

Quant aux moyens de m'honorer comme Je le désire, Je ne vous demande qu'une grande confiance. Ne croyez pas que J'attende de vous des austérités, des macérations, que Je veuille vous faire marcher pieds nus ou prosternés la face dans la poussière, vous faire couvrir de cendres, etc... Non, non ! Je veux et J'aime que vous vous teniez avec Moi à votre place d'enfants, par la simplicité et la confiance à Mon égard. Avec vous, Je Me ferai tout à tous comme le Père le plus tendre et le plus aimant. Je Me familiariserai avec vous tous, Me donnant à tous, Me faisant petit pour vous faire devenir grands pour l'éternité.

La majeure partie des incrédules, des impies et des sociétés diverses restent dans leur impiété et leur incrédulité parce qu'ils croient que Je leur demande l'impossible, qu'ils doivent se soumettre à mes ordres comme des esclaves sous un maître tyrannique, qui se tient drapé dans sa puissance et reste par son orgueil, distant de ses sujets, pour les contraindre au respect et au dévouement. Non, non ! Mes enfants ! Je sais me faire petit, mille fois plus que vous ne supposez ! Cependant ce que J'exige, c'est l'observation fidèle de mes Commandements que J'ai donnés à Mon Église pour que vous soyez des créatures raisonnables et que vous ne ressembliez pas aux animaux par votre indiscipline, vos mauvais penchants, pour qu'enfin vous puissiez conserver ce trésor qu'est votre âme – que Je vous ai donnée dans la pleine beauté divine dont Je l'ai revêtue !

Ensuite, faites désormais, comme Je le désire, ce que Je vous ai fixé déjà pour M'honorer d'un Culte Spécial [c'est-à-dire l’institution de la Fête du Père le 7 août]. Que cela vous fasse comprendre Ma Volonté de vous donner beaucoup et de vous faire participer dans une large mesure à Ma Puissance et à Ma Gloire, uniquement pour vous rendre heureux et vous sauver, vous manifester Mon Désir Unique de vous aimer et d'être aimé de vous en échange.

Si vous M'aimez d'un amour filial et confiant, vous porterez aussi un respect plein d'amour et de soumission à Mon Église et à Mes Représentants. Non pas un respect comme celui que vous avez maintenant et qui vous tient à distance de Moi, parce que Je vous effraie [le Père nous parle ici de l’image d’un Dieu effrayant, plein de colère et d’accusations], ce respect faux que vous avez maintenant; c'est une injustice que vous faites à la Justice, c'est une blessure à la partie la plus sensible de Mon Cœur, c'est un oubli, un mépris de Mon amour paternel envers vous.

Ce qui M'a le plus affligé dans mon peuple d'Israël et M'afflige encore dans l'humanité actuelle, c'est ce respect mal entendu envers Moi. L'ennemi des hommes s'en est en effet servi, pour les faire tomber dans l'idolâtrie et les schismes. Il s'en sert encore et s'en servira toujours envers vous, pour vous éloigner de la Vérité, de Mon Église et de Moi. Ah ! Ne vous laissez plus entraîner par l'ennemi ; croyez à la Vérité qui vient de vous être révélée et marchez dans la lumière de cette Vérité.


J'ai déjà expliqué qu'il y n'a pas d’événement qui arrive sans Ma Permission. Soit Je veux soit Je permets : rien ne peut arriver, que Je ne veuille ou ne permette

Message d'Amour donné par la Divine Sagesse à une âme mystique d’Italie, le 5 novembre 2011 

Chers élus, mes amis, tenez bien serrée dans le cœur la Joie que Moi, Moi, Jésus, Je vous donne. Ne permettez pas que la duperie du monde vous l’enlève.

Chère épouse, garde la dans ton cœur, et vois-tu quelle Joie je Te donne, quelle Paix ?

Tu Me dis : « Doux Amour, je vois des fleuves impétueux de joie qui s'y jettent, et je voudrais que pour chaque cœur il en fut ainsi. Je voudrais que les rues du monde soient traversées de joie et non plus de douleur, comme en ces jours. Je voudrais que les choses merveilleuses triomphent sur celles qui sont terribles, œuvre de l'ennemi, de plus en plus féroce, qui voit se raccourcir ses jours. »

Chère épouse, J'ai déjà expliqué qu'il y n'a pas d’événement qui arrive sans Ma Permission. Soit Je veux soit Je permets : rien ne peut arriver, que Je ne veuille ou ne permette. L'homme, souvent, quand il a le bien, ne le reconnaît pas et ne l'apprécie pas, sinon quand il le perd.

Epouse bien-aimée, le monde, ingrat, doit être purifié de fond en comble pour comprendre ; cependant, après la purification, pour ceux qui ont cru, qui ont persévéré, il y aura la grande Joie comme il n’y a jamais eu. Dure est la bataille et dure elle sera encore, mais à la fin la victoire des vainqueurs sera merveilleuse. Crois-Tu, Mon épouse, à Mes Paroles ?

Tu Me dis : « Doux et Saint Amour, Tes Paroles sont un Baume Suave pour l'âme. Je crois Tes Paroles et je Te bénis pour cela, ce sublime cadeau. Je sais, avec certitude, qu’après le temps du travail et de la purification, il y aura un bel arc en ciel, tel qu’il n’y en eut jamais. Je pense et je médite sur Ta Bonté, sur l’Infinie Miséricorde : Toi Jésus, Tu ne veux pas la douleur, mais la Joie et Tu souffres, quand, Tu dois retirer Tes Dons pour indignité, et ne pas les accorder. Ton cœur est un Océan merveilleux de Tendresse. Tous les hommes peuvent comprendre, sur le champ, cette vérité et personne ne [devrait] l’ignorer encore. »

Chère épouse, ce temps est précisément le temps de Ma spéciale Révélation : les âmes ardentes Me connaîtront toujours plus et leur ardeur grandiramais les âmes glacées ne comprendront pas et ne contempleront pas les Merveilles de Mon Amour. Amère sera la souffrance de qui n'a pas voulu s'ouvrir à Mon Amour, très amère !

Tu Me dis : « Bien-aimé, Adoré, n’arrête pas de parler aux âmes rebelles, ne les laisse pas dans l'obscurité, parce qu’indignes, continue à parler à leur cœur ! Que se réchauffe chaque cœur, qu’il s’échauffe d’amour pour Toi, Jésus, Dieu d'Amour et de Tendresse, Vrai Dieu et Vrai Homme, Qui as révélé le Visage sublime du Père Bien-aimé. Tu as dit, de fait, à Philippe : « Qui M’a vu, a vu le Père ». Cette phrase, je l'ai écrite en lettres de feu dans mon âme. »

Chère épouse, Ce n’est pas Moi, Moi, Jésus, Qui oublie les âmes, ce sont elles qui, souvent, M’oublient, et vivent comme si Je n’étais pas le Créateur, le Sauveur, l'Esprit d'amour. Penses-tu qu’ils sont peu à être dans de telles dispositions ? Non, te dis-Je : en ce temps, désormais conclusif, sont nombreux les misérables de cette misère qui est la plus grande. Chaque âme, créée par moi, est suivie tout le long du chemin terrestre et viens à Moi préparée pour l'Embrassement final. As-tu compris cette vérité, Ma petite ?

Tu Me dis : « J'ai compris et mon cœur est rempli de joie, qui déborde comme un fleuve de ses rives, et voudrait envahir la terre de Douceur Divine. Je Te remercie, Jésus, merci, Doux Amour ! Je veux faire de chaque instant de vie une hymne de louange, de reconnaissance, d'adoration pour Toi. Permets-moi de rester près de Ton Cœur, comme une mariée heureuse à côté de l’époux. »

Reste, petite. Reste et savoure les délices de Mon Amour. Je t'aime.

Je vous aime.

Jésus.



Ce n'est pas parce que J'ai besoin de ma créature ou de ses adorations que Je désire d'être connu, honoré et aimé, c'est uniquement pour la sauver et lui donner gloire en partage que Je m'abaisse vers elle


Message de Dieu le Père à Mère Eugenia E. Ravasio pour les prêtres et les religieux : deuxième cahier, 1932 (5)

(...) Si les hommes savaient pénétrer le Cœur de Jésus avec tous ses désirs et sa gloire, ils reconnaîtraient que son désir le plus ardent est de glorifier le Père, Celui qui L'a envoyé et surtout de ne pas Lui laisser une gloire diminuée comme il a été fait jusqu'ici, mais une gloire totale telle que l'homme peut et doit Me la donner, comme Père et Créateur, encore plus comme Auteur de leur rédemption ! Ce que Je lui demande, c'est ce qu'il peut Me donner, sa confiance, son amour et sa reconnaissance.

Ce n'est pas parce que J'ai besoin de ma créature ou de ses adorations que Je désire d'être connu, honoré et aimé, c'est uniquement pour la sauver et lui donner gloire en partage que Je m'abaisse vers elle. C'est encore parce que ma Bonté, Mon Amour s'aperçoivent que les êtres que J'ai tirés du néant et adoptés comme de vrais fils vont tomber en grand nombre dans le malheur éternel avec les démons, manquer ainsi le but de leur création et perdre leur temps et leur éternité ! (...)

Pour lire ce message en entier



Dites encore à ces chrétiens, à ces chères créatures, mes enfants, combien il est doux de penser qu'il y a un Père qui voit tout, qui sait tout, qui pourvoit à tout, qui est infiniment bon, qui sait facilement pardonner, qui ne châtie qu'à regret et lentement

Message de Dieu le Père à
Mère Eugenia E. Ravasio : deuxième cahier, 1932

Vous qui travaillerez à Ma gloire et qui tâcherez de Me faire connaître, honorer et aimer, Je vous assure que votre récompense sera grande, car Je compterai tout, même le moindre effort que vous ferez et Je vous rendrai tout au centuple dans l'éternité.

Je vous l'ai dit, il faut que la Sainte Église complète le Culte en honorant d'une manière toute particulière l'auteur de cette Société, Celui qui est venu la fonder aussi, Celui qui en est l'âme, le Dieu en trois personnes : Père, Fils et Saint-Esprit. Tant que les trois Personnes ne seront pas honorées d'un Culte particulier, spécial dans l'Église et dans l'humanité entière, quelque chose manquera à cette Société.

J'ai déjà fait sentir cette déficience à quelques âmes, mais la plupart trop timides, n'ont pas correspondu à Mon Appel. D'autres ont eu l'énergie d'en parler à qui de droit, mais devant leur échec, elles n'ont pas insisté. Maintenant Mon heure est venue. Je viens Moi-même faire connaître aux hommes Mes enfants, ce que jusqu'ici ils n'avaient pas complètement compris. Je viens Moi-Même apporter le FEU ARDENT DE LA LOI DE L'AMOUR pour que, par ce moyen, Je puisse fondre et détruire l'énorme couche de glace qui enveloppe l'humanité.

O chère humanité !

O hommes qui êtes mes enfants ; sortez, sortez des liens dans lesquels le démon vous a enchaînés jusqu'ici, par la peur d'un Père qui n'est qu'Amour ! Venez, approchez, vous avez le droit d'approcher votre Père, dilatez vos cœurs, priez Mon Fils, pour qu'Il vous fasse connaître de mieux en mieux mes bontés envers vous. O vous qui êtes captifs des superstitions et des lois diaboliques, sortez de ce tyrannique esclavage et venez à la Vérité des vérités. Reconnaissez Celui qui vous a créés et qui est Votre Père. N'allez pas prétendre user de vos droits en donnant adoration et hommages à ceux qui vous ont entraînés à mener jusqu'ici une vie inutile, mais venez à Moi, Je vous attends tous parce que tous vous êtes mes enfants.

Et vous qui êtes dans la Vraie Lumière, dites-leur combien il est doux de vivre dans la Vérité ! Dites encore à ces chrétiens, à ces chères créatures, mes enfants, combien il est doux de penser qu'il y a un Père qui voit tout, qui sait tout, qui pourvoit à tout, qui est infiniment bon, qui sait facilement pardonner, qui ne châtie qu'à regret et lentement. Dites-leur enfin, que Je ne veux pas les abandonner dans les chagrins de la vie, seuls et sans mérites, qu'ils viennent à Moi : Je les aiderai, J'allègerai leur fardeau, J'adoucirai leur vie si rude et je les enivrerai de Mon Paternel Amour, pour les rendre heureux dans le temps et dans l'éternité.

Et vous, Mes enfants, qui ayant perdu la Foi, vivez dans les ténèbres, levez les yeux et vous verrez des rayons lumineux venir vous éclairer. Je suis le Soleil qui éclaire, qui chauffe et qui réchauffe, regardez et reconnaissez que Je suis Votre Créateur, Votre Père, Votre seul et unique Dieu. C'est parce que Je vous aime, que Je viens me faire aimer pour que vous soyez tous sauvés. Je m'adresse à tous les hommes du monde entier en faisant retentir cet appel de Mon Paternel Amour; cet Amour Infini que J'entends vous faire connaître, c'est une réalité permanente.

Aimez, aimez, aimez toujours, mais aussi faites aimer ce Père, pour que dès aujourd'hui, Je puisse montrer à tous le Père le plus passionné d'Amour pour vous.


Les hommes qui tournent vers Moi leur regard ne le détournent plus. Je les captive et Ma prison d'amour et de liberté surnaturelle est une des promesses divines les plus exquises et les plus pacifiante

Message de Jésus à Sœur Beghe, daté du 29 octobre 1989 : L'Amour du Sacré-Cœur

Vois Mon Cœur enflammé et les blessures ardentes de Mes mains. Je porte le monde et chaque homme dans le brasier de Mes plaies.

Je brûle d'amour et de bonté et J'enflamme d'amour et de bonté ceux qui y brûlent. Les hommes qui tournent vers Moi leur regard ne le détournent plus. Je les captive et Ma prison d'amour et de liberté surnaturelle est une des promesses divines les plus exquises et les plus pacifiantes.

Je viendrai bientôt et Je brûlerai les âmes de Mon ardeur. Je détruirai le Mal par le feu et Je rétablirai le Bien par le feu. Je brûle d'amour et Mon amour incandescent n'épargnera rien : il brûlera le monde à l'intérieur et à l'extérieur des âmes, il ne tardera pas.

Je suis le Roi, le Tout-puissant, le Glorieux, l'Amour brûlant. Je viendrai bientôt et Ma Puissance devancera Ma Gloire. Ma Puissance détruira le Mal et Ma Gloire suivra. Ma Gloire fera se prosterner toute créature et Mon Amour les relèvera toutes. Je suis le Seigneur et Je suis le Roi. Je suis le seul Roi et devant Moi tous les rois et princes de la terre courberont la tête et plieront le genou.

Je régnerai bientôt et Mon Règne est proche. Je porte le monde dans Mes plaies et Je ne Me suis pas blessé à mort pour le perdre. Le monde ne Me rejettera plus longtemps et le monde fera amende honorable. Le monde se frappera la poitrine et il ne parlera plus pour blasphémer ni pour blesser Mon cœur saturé de blessures et de souffrances.


Enfants, revenez-Moi ! Je serai la vie pour vous, vous trouverez en Moi ce que, jusqu'à présent, vous pensiez pouvoir trouver sur terre.

CA-3 : Message de Jésus à Catalina Rivas (Bolivie), daté du 6 janvier 1996 : « Dites-Moi si, au moins, vous voulez de Mon amour »

L'humanité est en longue souffrance, et Je lui montrerai le salut. L'homme ne doit pas chercher la paix sur terre si d'abord il n'a pas trouvé la route du ciel.

Je veux être bienveillant pour tous Mes frères perdus ou éloignés, de sorte qu'ils puissent Me revenir sincèrement,– car Je suis impatient de Me donner à eux afin de les sauver des griffes infernales. Qui pourrait posséder l'amour que J'apporte aux êtres humains quand Je vois seulement un acte de bonne foi ? Je suis venu sur terre uniquement pour leur apporter l'Amour.

Vivez en aimant et vous Me sauverez de tant d'offenses, de tant d'insultes, et de tant d’ingratitude qui viennent à Mon Cœur de chaque coin de la terre. Je ne vous demande pas beaucoup, seulement de M’aimer et de vivre pour Moi, parce que Je vous aime et J'ai vécu, Je suis mort, et Je vis pour vous. Vous connaîtrez le battement de cœur de Mon amour et entendrez Ma voix et, avec l’un et l'autre, vous apprendrez comment vous devriez aimer Celui qui est purement Amour.

De Mon Cœur jaillira une fontaine de bonheur que personne ne pourra vous retirer, et ne vous laissez pas affecter s'il n'y a personne pour vous écouter. Je sais très bien combien les oreilles de l'homme sont sourdes et comment il confond ce qui l'aide le mieux avec les fausses doctrines de l'amour. Cette époque ne passera pas sans que le monde sache le mal qu'il a commis.

Ô enfants, revenez-Moi ! Je serai la vie pour vous, vous trouverez en Moi ce que, jusqu'à présent, vous pensiez pouvoir trouver sur terre. Je ne rappellerai à personne ni ne reprocherai le mal qu'il a fait, mais au contraire J'étreindrai et embrasserai tous ceux qui croient en Mon Amour.

Qui pourrait refuser de reconnaître le feu d'amour dans Mon Cœur ? Quelle âme niera que J'ai tellement souffert pour elle ici sur terre ?

Ô Mes créatures, aimez-Moi et Je vous glorifierai. Ne soyez pas timides ni lâches devant Moi. Je veux vous apprendre de quelle manière ce cri que J'ai poussé sur la croix : "J'ai soif" venait des profondeurs mêmes de Mon âme.

J’ai soif de vous rendre humbles afin de vous donner le trésor qu'en vain vous chercherez en dehors de Moi. Ne voyez-vous pas comment Mes mots brûlent avec tellement d'ardeur, au point que Je montre que J'ai besoin de vous, alors que c’est vous qui avez besoin de Moi ? Où est celui qui M'aime et pourquoi est-ce que si peu M’écoutent ?

Dites-Moi si vous voulez au moins Mon Amour… Je vous payerai en vous donnant plus de désir. Je sais ce que votre cœur souhaite, et Je le satisferai entièrement en lui donnant la plénitude d'amour sans une ombre d'inquiétude ou de peur. Je ne Me cacherai pas à vos yeux ; vous Me verrez et vous réjouirez avec l'ardeur des amoureux. Mais, en attendant, brûlez toutes les impuretés ; acceptez les travaux que J'accomplis dans votre âme, et abandonnez-vous à Moi avec confiance…


La source est le symbole de la connaissance qu’on a de Moi, et l'Océan celui de Ma Charité et de votre confiance

Message de Dieu le Père à Mère Eugenia E. Ravasio : deuxième cahier, 1932

Je suis l'Océan de la Charité ; Mes fils, voici une autre preuve de l'Amour paternel que J'ai pour vous tous sans exception quel que soit votre âge, votre état, votre pays. Je n'excepte même pas les sociétés diverses, les sectes, fidèles, infidèles, croyants, indifférents, J'enferme dans cet Amour toutes les créatures raisonnables dont l'ensemble forme l'humanité. Cette preuve la voici : Je suis l'Océan de la Charité.

Je vous ai fait connaître la source qui jaillit de Mon Sein pour vous désaltérer et maintenant, pour que vous goûtiez combien Je suis bon envers tous, Je vais vous montrer l'Océan de Ma Charité universelle pour que vous vous y Jetiez les yeux fermés ! Pourquoi ? Parce qu'en se plongeant dans cet océan, les âmes, rendues gouttes amères par les vices et les péchés, perdront leur excès d'amertume dans ce bain de la Charité.

Elles en sortiront meilleures, heureuses d'avoir appris à être bonnes et pleines de charité. Si vous-mêmes, par ignorance ou par faiblesse, vous retombez dans l'état de goutte amère, Je suis encore un Océan de Charité prêt à recevoir cette goutte amère pour la changer en Charité, en Bonté et pour faire de vous des saints comme Je le suis, Moi votre Père.

Voulez-vous, mes enfants, passer ici-bas votre vie dans la paix et dans la joie ? Venez vous Jeter dans cet immense Océan et demeurez-y toujours, tout en utilisant votre vie par le travail, cette même vie sera sanctifiée par la Charité. Quand à mes enfants qui ne sont pas dans la vérité, Je veux à plus forte raison les couvrir de mes plus paternelles prédilections pour qu'ils ouvrent les yeux à la lumière qui, en ce temps, resplendit plus sensiblement que jamais.

Voici le temps des grâces, prévu et attendu de toute éternité. Je suis là en personne pour vous parler ; Je viens comme le plus tendre et le plus aimant des Pères. Je M'abaisse, Je M'oublie pour vous élever à Moi et assurer votre salut. Vous tous qui vivez aujourd'hui et vous aussi qui êtes dans le néant, mais qui vivrez de siècle en siècle jusqu'à la fin du monde, pensez que vous ne vivez pas seuls, mais qu'un Père au-dessus de tous les Pères, vit auprès de vous, vit même en vous, pense à vous et vous offre de participer aux incompréhensibles prérogatives de son Amour.

Approchez-vous de la Source qui jaillira toujours de Mon Sein paternel. Goûtez la douceur de cette Eau salutaire et quand vous aurez éprouvé toute sa délicieuse puissance sur vos âmes pour satisfaire à tous vos besoins, venez vous Jeter dans 1'0céan de ma Charité pour ne plus vivre qu'en Moi et mourir à vous-mêmes pour vivre éternellement en Moi.»

Note de Sœur Eugénie : Notre Père m'a dit, dans un colloque intime : « La source est le symbole de la connaissance qu’on a de Moi, et l'Océan celui de Ma Charité et de votre confiance. Quand vous voulez boire à cette Source, étudiez-Moi pour Me connaître et quand vous Me connaîtrez, Jetez-vous dans l'Océan de ma Charité en vous confiant en Moi avec une une confiance qui vous transforme et à laquelle Je ne puisse résister, alors Je vous pardonnerai vos fautes et Je vous comblerai des plus grandes grâces. »



Si vous voulez éprouver la puissance de cette source dont Je vous parle, apprenez d'abord à Me connaître mieux et à M'aimer jusqu'au point que Je désire, c'est-à-dire non seulement comme Votre Père, mais comme Votre Ami et Votre Confident

Message de Dieu le Père à Mère Eugenia E. Ravasio: deuxième cahier, 1932

Le deuxième et dernier cahier de messages de Dieu le Père à Mère Eugenia, un peu plus court que le premier, commence le 12 août 1932. Un jour le démon s'en empara et en lacéra la couverture avec des ciseaux.

« Je viens ouvrir une source d'eau Vive qui, dès aujourd'hui et jusqu'à la fin des temps, ne se tarira jamais. C'est à vous, mes Créatures, que Je viens pour vous découvrir mes entrailles paternelles, passionnées d'Amour pour vous, Mes enfants, Je veux que vous soyez témoins de Mon amour Infini et Miséricordieux.

Il ne Me suffit pas de vous avoir montré Mon Amour, Je veux encore vous ouvrir Mon Cœur, d'où sortira une Source rafraîchissante où tous les hommes se désaltéreront. Ils goûteront alors les joies qu'ils n'avaient pas connues jusqu'ici à cause de ce poids immense de crainte exagérée qu'ils avaient de Moi, leur tendre Père.

C'est depuis que J'ai promis un Sauveur aux hommes que J'ai fait jaillir cette Source - (Note de Mère Eugénie : cette Source, depuis qu'il M'en parle Je la vois tous les jours) - et Je l'ai faite passer par le Cœur de mon Fils pour qu'elle arrive jusqu'à vous. Mais Mon Amour immense pour vous me pousse à faire plus encore en ouvrant mon Sein d'où jaillira cette eau de salut pour Mes enfants, et Je leur permets de puiser librement tout ce qui leur est nécessaire pour le temps et pour l'éternité.

Si vous voulez éprouver la puissance de cette source dont Je vous parle, apprenez d'abord à Me connaître mieux et à M'aimer jusqu'au point que Je désire, c'est-à-dire non seulement comme Votre Père, mais comme Votre Ami et Votre Confident.

Pourquoi vous étonner de ce que Je vous dis ? Ne vous ai-je pas créés à Mon Image ? Je vous ai faits à Mon Image pour que vous ne trouviez rien d'étrange lorsque vous parlez et vous vous familiarisez avec votre Père, votre Créateur, Votre Dieu; car vous êtes devenus par Ma Miséricordieuse bonté, les enfants de Mon Amour Paternel et Divin.

Puisque Mon Fils Jésus est en Moi et que Je suis en Lui, en notre mutuel Amour qui est l'Esprit-Saint, qui nous tient unis par ce lien de charité qui fait que nous ne sommes qu'Un, Lui, Mon Fils, est le réservoir de cette Source, pour que les hommes puissent aller puiser dans Son Cœur qui est toujours rempli de l'Eau du salut jusqu'à déborder !

Mais il faut vous assurer de cette Source que Mon Fils vous ouvre, pour que vous puissiez vous convaincre qu'elle est rafraîchissante et agréable ! Alors, venez à Moi par Mon Fils et, quand vous serez près de Moi, confiez-Moi vos désirs. Je vous montrerai cette Source en Me faisant connaître Tel que Je suis. Quand vous Me connaîtrez, vous serez désaltérés, rafraîchis, vos maux seront guéris, vos craintes seront évanouies; votre joie sera grande et votre amour trouvera un repos qu'il n'avait jamais goûté jusqu'ici !

Mais comment Me direz-vous, pouvons-nous venir à Vous ? Ah ! Venez par la voie de la confiance, appelez-Moi votre Père, aimez-Moi en esprit et en vérité et cela suffira pour que cette eau rafraîchissante et toute puissante arrive à vous désaltérer. Mais si vous voulez vraiment qu'elle vous donne tout ce qui vous manque pour Me connaître et M'aimer et si vous vous trouvez froids et indifférents, appelez-Moi seulement du doux Nom de Père et Je viendrai à vous.

Ma Source vous donnera l'Amour, la confiance et tout ce qui vous manque pour être toujours aimés de votre Père et Créateur. Puisque Je désire surtout Me faire connaître à vous tous, pour que vous puissiez tous jouir, même ici-bas de Ma Bonté et de Ma tendresse, faites-vous apôtres auprès de ceux qui ne Me connaissent pas, qui ne Me connaissent pas encore et Moi, Je bénirai vos travaux et vos efforts en vous préparant une grande gloire auprès de MOI, dans l'éternité !


J'étais content de vivre patiemment auprès d'elle, dans l'espoir que peut-être un jour, elle écouterait Mon Amour et qu'elle reviendrait à Moi, Son Père et son Sauveur

Message de Dieu le Père à
Mère Eugenia E. Ravasio - Premier cahier, 1932 : fin du premier cahier – jusqu’au dernier soupir le Père attend notre repentir

Tantôt Je vous regarde avec compassion pour le malheureux état dans lequel vous vous trouvez, tantôt Je vous regarde avec amour pour vous disposer à céder aux attraits de la grâce. Je passe parfois des jours, des années même auprès de certaines âmes, pour pouvoir leur assurer le bonheur éternel. Elles ignorent que Je suis là qui les attend, qui les appelle à chaque instant du jour.

Cependant Je ne Me lasse point et Je mets quand même Ma joie à rester auprès de vous, toujours avec l'espoir qu'un jour, vous reviendrez à Votre Père et Me ferez au moins quelques actes d'amour avant de mourir.

Un exemple

Note de Mère Eugénie : « Cet exemple je l'ai vu s'accomplir, tel que nôtre Père nous le dit et que je l'écris ».

Voici par exemple, une âme qui va mourir tout à l'heure : cette âme a toujours été pour Moi comme l'enfant prodigue. Je la comblais de biens, elle s'en allait gaspiller tous ces biens, ces dons gratuits de Son Père très aimant et par surcroît, elle M'offensait gravement.

Je l'attendais; Je la suivais partout, Je lui donnais de nouvelles faveurs telles que la santé et les biens que Je faisais produire à ses travaux si bien qu'elle avait du superflu. Parfois Ma Providence lui en procurait de nouveaux encore. Elle était donc dans l'abondance mais elle ne voyait qu'à la triste lueur de ses vices et toute sa vie fut un tissu d'égarements par le péché mortel d'habitude.

Mais Mon Amour ne s'est jamais lassé. Je la suivais quand même; Je l'aimais ; et surtout malgré les refus qu'elle M'opposait, J'étais content de vivre patiemment auprès d'elle, dans l'espoir que peut-être un jour, elle écouterait Mon Amour et qu'elle reviendrait à Moi, Son Père et son Sauveur.

Enfin son dernier jour approche: Je lui envoie une maladie pour qu'elle puisse se recueillir et revenir à Moi son Père. Mais le temps passe et voici mon pauvre enfant, âgé de 74 ans à sa dernière heure. Je suis là encore, comme toujours : Je lui parle avec plus de bonté que jamais. J'insiste, J'appelle mes élus, qu'ils prient pour lui afin qu'il demande le pardon que Je lui offre...

A cette minute, avant de rendre le dernier soupir, il ouvre les yeux, reconnaît ses égarements et combien il s'est éloigné du vrai chemin qui conduit jusqu'à Moi. Il rentre en lui-même, puis de sa faible voix que personne dans son entourage n'entendit, il Me dit :

"O mon Dieu, Je vois maintenant comme Votre Amour pour moi a été grand et moi, je vous ai offensé continuellement par une si mauvaise vie. Je ne pensais jamais à Vous, mon Père et Mon Sauveur. Maintenant Vous voyez tout et pour tout ce mal que Vous voyez en moi et que je reconnais dans ma confusion, je Vous demande pardon et je Vous aime ô Mon Père et Mon Sauveur".

Il mourut à l'instant même et le voici devant Moi. Je le juge avec l'amour d'un Père comme il m'a appelé ; et il est sauvé. Il restera quelque temps au lieu de l'expiation, puis il sera heureux pour une éternité.

Et Moi, après M'être complu pendant sa vie dans l'espoir de le sauver par son repentir, Je Me réjouis encore plus avec Ma cour céleste d'avoir réalisé Mon désir et d'être Son Père pour toute l'éternité.

Quand aux âmes qui vivent dans la justice et la grâce sanctifiante, Je fais Mon bonheur de M'établir en elles. Je Me donne à elles. Je leur confie l'usage DE MA PUISSANCE et PAR MON AMOUR, elles trouvent une anticipation du Paradis en MOI, leur Père et leur Sauveur !

Ainsi finit le premier cahier du Message, durant le mois d’août 1932.


Mon Amour pour mes créatures est si grand que Je ne goûte aucune joie comme celle d'être parmi les hommes

Message de Dieu le Père
Mère Eugenia E. Ravasio - Premier cahier, 1932 : « A l´Évêque »

Je veux te dire un mot à toi aussi ! Mon Fils Alexandre pour que Mes désirs soient réalisés dans le monde. Il faut qu'avec le Père Spirituel de la "Petite Plante" (Mère Eugénie) de Mon Fils Jésus, vous soyez les promoteurs de cette Œuvre, c'est-à-dire de ce Culte Spécial que J'attends des hommes.

C'est à vous mes enfants que Je confie cette Œuvre et son avenir si important. Parlez, insistez, faites connaître ce que Je dirai pour que Je sois connu, aimé et honoré de toutes mes créatures et vous aurez fait ce que J'attends de vous : c'est-à-dire Ma volonté, et vous aurez réalisé les désirs que depuis longtemps J'ai gardés dans le silence.

De tout ce que vous ferez pour Ma Gloire, Je ferai le double pour votre salut et pour votre sanctification. Enfin ce sera au Ciel et seulement au Ciel, que vous verrez la grande récompense que Je vous donnerai, à vous tout particulièrement et à tous ceux qui travailleront dans ce même but.

J'ai créé l'homme pour Moi et il est bien juste que Je sois TOUT pour l'homme. L'homme ne goûtera pas de vraies joies en dehors de son Père et son Créateur, parce que son cœur n'est fait que pour Moi.

De mon côté aussi, Mon Amour pour mes créatures est si grand que Je ne goûte aucune joie comme celle d'être parmi les hommes. Ma Gloire au Ciel est infiniment grande, mais Ma Gloire est encore plus grande lorsque Je Me trouve parmi mes enfants: les hommes du monde entier.

Votre Ciel à vous mes créatures, est au Paradis avec mes élus, parce que c'est là-haut dans le ciel, que vous Me contemplerez dans une perpétuelle vision et que vous jouirez d'une gloire éternelle. Mon Ciel à Moi est sur la terre avec vous tous, O hommes ! Oui, c'est sur la terre et dans vos âmes que Je cherche mon bonheur et ma joie. Vous pouvez Me donner cette joie et c'est même un devoir pour vous de le faire pour Votre Créateur et Père qui le désire et l'attend de vous.

Ma joie d'être parmi vous n'est pas moins grande que celle que J'éprouvais lorsque J'étais avec Mon Fils Jésus pendant sa vie mortelle ; Mon Fils, c'était Moi qui l'envoyais. Il était conçu de mon Esprit-Saint, qui est encore Moi, en un mot Il était toujours Moi. A vous mes créatures, en vous aimant comme Mon Fils qui est Moi, je vous dis comme à Lui : vous êtes mes enfants bien-aimés en qui Je mets mes complaisances ; c'est pourquoi Je jouis en votre compagnie et désire rester avec vous.

Ma Présence parmi vous est comme le soleil sur le monde terrestre. Si vous êtes bien disposés à Me recevoir, Je viendrai tout près de vous, J'entrerai en vous, Je vous éclairerai, Je vous réchaufferai de Mon Amour infini. Pour vous, âmes en état de péché, ou ignorantes de la vérité religieuse, Je ne pourrai pas entrer en vous, mais Je serai quand même auprès de vous car Je ne cesse jamais de vous appeler, de vous inviter à désirer recevoir les biens que Je vous apporte pour que vous voyiez la lumière et que vous guérissiez du péché.


Il est bon et tellement parfait et diversifié, que chacun trouve en Lui la joie d'être compris, aimé et considéré dans l'épanchement d'un amour total, personnel et extraordinairement joyeux.

Message de Jésus à Sœur Beghe, daté du 22 juin 1989 : Bonheur et brillance de l'âme dans le Ciel

In Sœur Beghe, « Dieu et les hommes », p. 57, éd. Résiac 2000

Le plus grand bonheur des âmes qui sont au Ciel est le bonheur invraisemblable de la connaissance de Dieu.

Dieu est connu de Ses Saints et ils ne se lassent pas d'entrer toujours plus profondément dans cette connaissance. La connaissance de Dieu est le plus grand bonheur des élus parce que la richesse de Dieu est infinie. Il est bon et tellement parfait et diversifié, que chacun trouve en Lui la joie d'être compris, aimé et considéré dans l'épanchement d'un amour total, personnel et extraordinairement joyeux. Cet amour donne à l'élu une perfection que seul peut avoir celui qui reçoit en lui cette perfection.

Dieu communique Sa perfection et l'élu est transparent de la perfection de Dieu. Son corps brille de cette perfection et la couleur de son corps dépend des qualités qui lui sont propres. Ainsi, les couleurs et la brillance des corps seront la marque de leur personnalité distincte, et c'est en Dieu qu'ils puiseront leur brillance, leur ton et leur luminosité.

Les couleurs sont d'une si grande variété que personne n'est semblable mais tous sont dissemblables. Les tons peuvent être bleus, verts, jaunes, rouges et blancs, et de bien d'autres tons inconnus de la terre, mais les couleurs telles que le brun, le gris et le noir sont inexistantes.

Ces couleurs existent sur la terre à cause de la matière qui est appelée à disparaître et à mourir. La terre est proche des sphères invisibles de purification, de pénitence et même de détresse, et c'est parce qu'elle-même n'est pas à l'abri de la destruction éternelle qu'elle contient des couleurs qui n'entreront jamais dans la Vie éternelle.


Pour être connu, aimé et honoré d'un culte Spécial Je ne demande rien d'extraordinaire. Ce que Je désire seulement le voici :

Message de Dieu le Père à
Mère Eugenia E. Ravasio - Premier cahier, 1932 : DEMANDES AU PAPE

Sans M'attarder à tant d'autres choses qu'il serait fort à propos de dire ici mais que Je pourrai dire plus tard, Je veux maintenant parler tout particulièrement, aux âmes de ceux que Je Me suis choisis, prêtres et religieux : à vous, les enfants chéris de Mon Amour, J'ai de grands desseins sur vous.

« Au Pape »

Avant tous les autres Je M'adresse à toi, mon Fils bien-aimé, à toi Mon Vicaire, pour mettre entre tes mains cette Œuvre qui devrait être la première de toutes et que, par la crainte que le démon a inspirée à l'homme, on ne verra s'accomplir que dans ce temps. Ah ! Je voudrais que tu comprisses l'extension de cette Œuvre, sa grandeur, sa largeur, sa profondeur, sa hauteur. Je voudrais que tu comprisses les désirs immenses que J'ai sur l'humanité présente et future !

Si tu savais comme Je désire être connu, aimé et honoré des hommes, par un Culte Spécial ! Ce désir, Je l'ai en Moi de toute éternité et depuis la création du premier homme. Ce désir, Je l'ai exprimé plusieurs fois aux hommes, surtout dans l'Ancien Testament. Mais l'homme ne l'a jamais compris. A présent ce désir Me fait oublier tout le passé, pourvu qu'il soit réalisé maintenant dans Mes créatures du monde entier.

Je M'abaisse jusqu'à la plus pauvre de mes créatures afin de pouvoir, dans son ignorance lui parler et, par elle, de pouvoir parler aux hommes, sans quelle s'aperçoive de la grandeur de l'Œuvre que Je voudrais faire parmi eux ! Je ne peux pas parler théologie avec elle, je serais sûr d'échouer, elle ne comprendrait pas. Je permets qu'elle soit ainsi, pour que Je puisse faire Mon Œuvre par la simplicité et l'innocence. Mais, c'est à toi maintenant de mettre cette Œuvre à l'étude et de la mener très vite à exécution. Pour être connu, aimé et honoré d'un culte Spécial Je ne demande rien d'extraordinaire. Ce que Je désire seulement le voici :

  1. Qu'un jour ou du moins un dimanche, soit consacré à m'honorer tout particulièrement sous le NOM DE PÈRE DE L'HUMANITÉ toute entière. Je voudrais pour cette fête, une Messe et un Office propres. Il n'est pas difficile d'en trouver les textes dans l'Ecriture Sainte.

    • Si vous préférez Me rendre ce Culte Spécial un dimanche, Je choisis le premier dimanche d'Août ;

    • si vous prenez un jour de la semaine, Je préfère que ce soit toujours le 7 de ce même mois.

  1. Que tout le clergé s'attache à développer ce Culte et surtout qu'il Me fasse connaître aux hommes tel que Je suis et Tel que Je serai toujours auprès d'eux, c'est-à-dire le Père le plus tendre et le plus aimant de tous les pères.

  1. Je désire qu'il Me fasse entrer dans toutes les familles, dans les hôpitaux, même les ateliers et les usines, les casernes, les salles de délibération des ministres des nations, partout enfin où se trouvent mes créatures, n'y en aurait-il même qu'une seule ! Que le signe sensible de Mon invisible Présence soit une image montrant que Je suis réellement là présent, ainsi tous les hommes feront toutes leurs actions sous le regard de leur Père et j'aurai Moi-même aussi sous les yeux la créature que j'ai adoptée après l'avoir créée, ainsi tous mes enfants seront comme sous le regard de leur tendre Père. Sans doute suis-Je partout même maintenant, mais Je voudrais être représenté d'une manière sensible.

  1. Que pendant l'année le Clergé et les fidèles adoptent quelques exercices de piété en Mon honneur, sans nuire à leurs occupations ordinaires. Que sans crainte nos Prêtres aillent partout, parmi toutes les nations, porter aux hommes le flambeau de Mon paternel Amour. Alors les âmes seront éclairées, gagnées, – non pas seulement parmi les infidèles –, mais dans toutes les sectes qui ne sont pas de la véritable Église. Oui, que ces hommes aussi, qui sont mes enfants, voient luire ce flambeau devant eux, qu'ils connaissent la vérité, qu'ils l'embrassent et pratiquent toutes les vertus chrétiennes.

  1. Je voudrais être honoré tout particulièrement dans les séminaires, dans les noviciats, dans les écoles et les pensionnats. Que tous du plus petit au plus grand, puissent Me connaître et aimer comme leur Père, leur Créateur et leur Sauveur.

  1. Que les prêtres s'appliquent à chercher dans les Saintes Écritures ce que J'ai dit autrefois et qui est demeuré jusqu'ici ignoré, relativement au Culte que Je désire recevoir des hommes. Qu'ils travaillent aussi pour faire parvenir Mes désirs et Ma volonté à tous les fidèles et à tous les hommes, en spécifiant ce que Je dirai pour tous les hommes ensemble et pour les Prêtres, les Religieux et les Religieuses en particulier. Ceux-là sont les âmes que Je choisis pour Me rendre de grands hommages plus que les hommes du monde.

Certes il faudra du temps pour arriver à une complète réalisation de ces désirs que J'ai conçus sur l'humanité et que Je t'ai fait connaître ! Mais un jour avec les prières et les sacrifices des âmes généreuses qui s'immoleront pour cette Œuvre de Mon Amour, oui un jour Je serai satisfait. Je te bénirai, Mon Fils bien-aimé et Je te donnerai le centuple de tout ce que tu feras pour Ma Gloire.


Je voudrais M'établir en chaque famille comme en Mon domaine, afin que tous puissent dire en toute sécurité ...

Message de Dieu le Père à Mère Eugenia E. Ravasio - Premier cahier (12) Juillet 1932

Je voudrais M'établir en chaque famille comme en Mon domaine, afin que tous puissent dire en toute sécurité : « Nous avons un Père qui est infiniment bon, immensément riche et largement miséricordieux. Il pense à nous, Il est près de nous, Il nous aime, Il nous regarde, Il nous soutient Lui-même, Il nous donnera tout ce qui nous manque, si nous Le Lui demandons. Toutes Ses richesses sont nôtres, nous aurons tout ce qu'il nous faut », – Je suis là exprès pour que vous Me demandiez ce qu'il vous faut:

« Demandez et vous recevrez ». Dans Ma paternelle Bonté Je vous donnerai tout, pourvu que tous sachent Me considérer comme un vrai Père vivant au milieu des miens, comme Je le fais en vérité.

Je désire encore que chaque famille expose à la vue de tous l'image que plus tard Je ferai connaître à ma « petite enfant ». Je désire que chaque famille puisse se mettre ainsi sous ma protection toute spéciale, pour pouvoir M'honorer plus facilement. Là chaque jour la famille me fera part de ses besoins, de ses travaux, de ses peines, de ses souffrances, de ses désirs et aussi de ses joies, car un Père doit connaître tout ce qui touche à ses enfants.

Je le sais sans doute puisque Je suis là, mais J'aime tant la simplicité. Je sais Me plier à votre condition. Je Me fais petit avec les petits, Je Me fais moyen avec les hommes d'âge moyen, avec les vieillards Je Me fais semblable à eux pour que tous comprennent ce que Je veux leur dire pour leur sanctification et pour Ma gloire. La preuve de ce que Je viens de vous dire, ne l'avez-vous pas en Mon Fils qui s'est fait petit et faible comme vous ? Ne l'avez-vous pas encore maintenant, en Me voyant ici à vous parler ? Et pour que vous puissiez comprendre ce que Je veux vous dire, n'ai-je pas pris pour lui parler, une pauvre créature comme vous ? Est-ce que maintenant Je ne Me fais pas semblable à vous ?

Voyez, J'ai mis Ma couronne à Mes pieds, le monde sur Mon Cœur, J'ai laissé ma gloire au Ciel et Je suis venu ici, Me faisant tour à tour, pauvre avec les pauvres et riche avec les riches. Je veux protéger la jeunesse, comme un tendre Père. Il y a tant de mal dans le monde ! Ces pauvres âmes inexpérimentées se laissent séduire par les attraits du vice qui, peu à peu, les conduisent à la ruine totale.

O vous qui, spécialement avez besoin de quelqu'un qui vous garde dans la vie, pour que vous puissiez éviter le mal, venez à Moi ! Je suis votre Père qui vous aime plus que toute autre créature vous aimera jamais ! Réfugiez-vous tout près de Moi, confiez-Moi vos pensées et vos désirs. Moi, Je vous aimerai tendrement. Je vous donnerai des grâces pour le présent et Je bénirai votre avenir. Soyez certains que Je ne vous oublie pas, depuis 15 ou 20 ou 25 ou 30 ans que JE vous ai créés. Venez ! Je vois que vous avez grand besoin d'un Père doux et infiniment bon tel que Moi.



Je voudrais voir s'établir une grande confiance entre l'homme et son Père des Cieux, un véritable esprit de familiarité et de délicatesse en même temps, pour ne pas abuser de Ma grande bonté.

Message de Dieu le Père à Mère Eugenia E. Ravasio - Premier cahier (11) Juillet 1932

Ah! Que Je désire voir se réaliser le projet que Je veux vous communiquer et que voici : Jusqu'ici, L'homme n'a guère pensé à faire à Dieu Son Père, ce plaisir que Je vais dire. Je voudrais voir s'établir une grande confiance entre l'homme et son Père des Cieux, un véritable esprit de familiarité et de délicatesse en même temps, pour ne pas abuser de Ma grande bonté.

Je connais vos besoins, vos désirs et tout ce qui est en vous. Mais combien Je serais heureux et reconnaissant, si Je vous voyais venir à Moi et Me faire la confidence de vos besoins, comme un enfant bien confiant fait avec son Père. Comment pourrais-Je vous refuser quoi que ce soit de minime ou de grande importance, si vous Me le demandez ? Bien que vous ne Me voyiez pas, ne Me sentez-vous pas tout près de vous, par les événements qui arrivent en vous et autour de vous ? Comme il sera méritoire pour vous, un jour de M'avoir cru sans M'avoir vu !

Même maintenant que Je suis ici, en personne au milieu de vous tous, que Je vous parle, vous répétant sans cesse, sous toutes les formes, que Je vous aime et que Je veux être connu, aimé et honoré par un Culte Spécial, vous ne Me voyez pas, excepté une seule personne, celle à qui Je dicte ce message ! Une seule dans toute l'humanité ! Pourtant voici que Je vous parle et en celle que Je vois et à qui Je parle, Je vous vois tous et Je vous parle à tous et à chacun et Je vous aime comme si vous Me voyiez !

Je désire donc que les hommes puissent me connaître et sentir que Je suis auprès de chacun d'eux ! Rappelez-vous ô hommes, que Je voudrais être l'espoir de l'humanité, ne Le suis-Je pas déjà ? Si Je n'étais pas l'espoir de l'homme, l'homme serait perdu ! Mais il faut que Je sois connu comme tel, pour que la paix, la confiance et l'Amour entrent dans le cœur des hommes et arrivent à les mettre en relation avec leur Père du Ciel et de la terre !

Ne croyez pas que Je sois ce terrible vieillard que les hommes représentent dans leurs images et dans leurs livres ! Non ! Non ! Je ne suis ni plus jeune, ni plus vieux que Mon Fils et Mon Esprit Saint. C'est pourquoi Je voudrais que tous, depuis l'enfant jusqu'au vieillard, m'appellent du nom familier de Père et d'ami, puisque Je suis toujours avec vous et de frère, puisque Je Me fais semblable à vous, pour vous faire semblables à Moi. Que Ma joie serait grande de voir les Parents apprendre à leurs enfants à M'appeler souvent du nom de Père comme Je Le suis ! Que Je désirerais voir mettre en ces jeunes âmes une confiance, un amour tout filial envers Moi ! J'ai tout fait pour vous. Ne ferez-vous pas cela pour Moi ?


Je vis donc près de l'homme, Je le suis partout, Je l'aide en tout, Je supplée à tout. Je vois ses besoins, ses peines, tous ses désirs et Mon plus grand bonheur est de le secourir et de le sauver

Message de Dieu le Père à
Mère Eugenia E. Ravasio - Premier cahier (10) 1932

Depuis la création de l'homme, Je n'ai jamais cessé un seul instant de vivre auprès de lui, Comme Créateur et Père de l'homme, Je sens comme un besoin de l'aimer. Ce n'est pas que J'aie besoin de lui, mais Mon Amour de Père et de Créateur Me fait sentir ce besoin d'aimer l'homme. Je vis donc près de l'homme, Je le suis partout, Je l'aide en tout, Je supplée à tout. Je vois ses besoins, ses peines, tous ses désirs et Mon plus grand bonheur est de le secourir et de le sauver.

Les hommes croient que Je suis le Dieu terrible et que Je précipite toute l'humanité en enfer. Quelle surprise à la fin des temps, lorsqu'ils verront tant d'âmes qu'ils croyaient perdues, jouir de l'éternel bonheur au milieu des élus. Je voudrais que toutes mes créatures aient la conviction qu'il y a un Père qui veille sur elles et qui voudrait leur donner, même dès ici-bas, un avant-goût du bonheur éternel.

Une mère n'oublie jamais la petite créature qu'elle vient de mettre au monde. N'est-ce pas encore plus beau de ma part, que Je Me souvienne de toutes les créatures que J'ai mises au monde ! Or, si la mère aime ce petit être que Je lui ai donné, Moi Je l'aime plus qu'elle, parce que Je l'ai créé. Si même parfois, il arrivait qu'une mère aimât moins son enfant, à cause d'un défaut qui pourrait exister en Lui, Moi au contraire Je l'aimerais encore davantage. Viendrait-elle même à l'oublier ou à n'y penser que rarement, surtout quand son âge l'aura enlevé à sa vigilance, Moi Je ne l'oublierai jamais. Je l'aime toujours, même ne se souviendrait-il plus de Moi Son Père et Son Créateur, Je Me souviens de lui et Je l'aime encore.

Je vous ai dit plus haut que Je voudrais vous donner, même ici-bas, le bonheur éternel, mais vous n'avez pas compris cette parole dont voici le sens : si vous M'aimez et si vous m'appelez avec confiance de ce doux Nom de Père, vous commencez dès ici-bas, l'amour et la confiance qui feront votre bonheur dans l'éternité et que vous chanterez au Ciel dans la compagnie des élus.

N'est-ce pas là comme une anticipation du bonheur du Ciel qui durera éternellement ? Je désire donc que l'homme se souvienne souvent que Je suis là où il est. Qu'il ne pourrait pas vivre si Je n'étais pas avec lui, vivant comme lui. Malgré son incrédulité, Je ne cesse jamais d'être auprès de Lui.


Qu'ils sachent que Je n'ai qu'un seul désir : les aimer tous, leur donner Mes grâces, pardonner à leur repentir et surtout, ne pas les juger par Ma justice, mais par Ma Miséricorde, pour que tous soient sauvés et mis au nombre de mes élus

Message de Dieu le Père à
Mère Eugenia E. Ravasio - Premier cahier (9) Juillet 1932

MON HEURE EST VENUE ! Il faut que Je sois connu, aimé et honoré des hommes, pour qu'après les avoir créés Je puisse être leur Père, ensuite leur Sauveur et enfin l'objet de leurs éternelles délices !

Jusqu'ici, Je vous ai parlé de choses que vous saviez déjà, J'ai voulu vous les rappeler pour que vous soyez toujours plus convaincus que Je suis un PÈRE très bon et non pas terrible, comme vous le croyez et encore, que JE suis le Père de tous les hommes actuellement vivants et que JE créerai jusqu'à la fin du monde. Sachez aussi que JE veux être connu, aimé et surtout honoré.

Que tous reconnaissent Mes Bontés Infinies envers tous et surtout envers les pécheurs, les malades, les mourants et tous ceux qui souffrent. Qu'ils sachent que Je n'ai qu'un seul désir : les aimer tous, leur donner Mes grâces, pardonner à leur repentir et surtout, ne pas les juger par Ma justice, mais par Ma Miséricorde, pour que tous soient sauvés et mis au nombre de mes élus.

Pour conclure ce petit exposé, JE VOUS FAIS UNE PROMESSE dont l'effet sera éternel et la voici : APPELEZ-MOI du NOM DE PÈRE, avec confiance et amour et vous recevrez tout de ce Père, avec amour et miséricorde.

[Le Père va maintenant donner des conseils pratiques et spirituels à Mère Eugenia].

Que Mon Fils, ton Père Spirituel, sache s'occuper de Ma gloire et mettre phrase par phrase ce que Je t'ai fait écrire et aussi, ce que Je te ferai encore écrire, pour que les hommes trouvent facile et agréable de lire l'exposé de ce que JE veux qu'ils sachent, sans cependant rien ajouter. Un peu chaque jour Je te parlerai de MES Désirs sur les hommes, de Mes joies, de Mes peines et surtout, Je montrerai aux hommes Mes infinies Bontés et la tendresse de Mon Amour Compatissant.

Je voudrais aussi que tes Supérieures te permettent d'employer tes moments de liberté à t'entretenir avec Moi et que tu puisses une demi-heure par jour, Me consoler et M'aimer et obtenir ainsi que les cœurs des hommes Mes enfants, soient bien disposés à travailler à l'extension de ce Culte, dont Je viens vous révéler la forme, pour que vous arriviez à une grande confiance envers ce Père qui veut être aimé de ses enfants.

Pour que cette œuvre que Je voudrais faire parmi les hommes, puisse s'étendre au sein de toutes les nations le plus rapidement possible, sans cependant que ceux qui seront chargés de l'étendre commettent la moindre imprudence, Je te demande de passer tes journées dans un grand recueillement. Tu seras heureuse de parler peu avec les créatures et, dans le secret de ton cœur, même quand tu seras au milieu d'elles, tu Me parleras et tu M'écouteras.

Voici d'ailleurs ce que Je veux que tu fasses : quand parfois Je te parlerai pour toi, tu écriras Mes confidences, dans un petit carnet spécial. Mais là, J'entends parler aux hommes : Je vis avec les hommes en plus grande intimité qu'une mère avec ses enfants.


Croyez que SI VOUS AVIEZ COMMENCÉ DÉS LA PRIMITIVE ÉGLISE à M'HONORER et Me faire honorer par un CULTE SPÉCIAL, après vingt siècles écoulés, il serait resté bien peu d'hommes vivant dans l'idolâtrie, dans le paganisme et dans tant de sectes fausses et mauvaises.

Message de Dieu le Père à
Mère Eugenia E. Ravasio - Premier cahier (8) Juillet 1932

Que ne feriez-vous pas si un de vos proches vous avait rendu quelque petit service pour vous faire plaisir ? L'homme le plus froid conserverait pour cette personne une reconnaissance inoubliable. Tout homme, en général chercherait même ce qui lui ferait le plus plaisir pour la récompense du service rendu.

Eh bien Moi, Je serai bien plus reconnaissant envers vous, en vous assurant la Vie éternelle, si vous Me rendez le petit service de M'honorer comme Je vous le demande. Je reconnais que vous M'honorez par Mon Fils et il y en a qui savent tout faire monter par Mon Fils jusqu'à Moi, mais c'est un bien, bien petit nombre ! Cependant ne croyez pas qu'en honorant Mon Fils, vous ne M'honorez pas ! Certes oui, vous M'honorez puisque Je demeure en Mon Fils ! Donc tout ce qui est gloire pour Lui, l'est aussi pour Moi.

Mais Je voudrais voir l'homme HONORER SON PÈRE et SON CRÉATEUR par un Culte Spécial. Plus vous M'honorerez, plus aussi vous honorerez Mon Fils, car, selon Ma Volonté, IL S'est fait le VERBE INCARNÉ et Il est venu parmi vous, pour vous faire connaître Celui qui L'a envoyé. Si vous Me connaissez, vous M'aimerez et vous aimerez Mon Fils Bien-Aimé, plus que vous ne le faites maintenant. Voyez combien de Mes créatures, devenues mes enfants par le Mystère de la Rédemption, ne sont pas dans les pâturages que J'ai établis par Mon Fils pour tous les hommes. Voyez combien d'autres – et vous en connaissez – ignorent encore ces pâturages; et tant de créatures sorties de Mes Mains dont Je sais l'existence alors que vous l'ignorez, qui ne connaissent pas même la Main qui les a créées !

Ah ! Que Je voudrais Me faire connaître comme le Père tout-puissant que JE suis pour vous et que JE serai aussi pour eux par Mes bienfaits ! JE voudrais leur faire passer une vie plus douce par Ma Loi, JE voudrais que vous alliez à eux en Mon Nom, et que vous leur parliez de Moi. Oui dites-leur qu'ils ont un Père qui après les avoir créés, veut leur donner les trésors qu'Il possède. Surtout dites-leur que JE pense à eux, que JE les aime et que JE veux leur donner le bonheur éternel.

Ah ! JE vous le promets : les hommes se convertiront plus vite ! Croyez que SI VOUS AVIEZ COMMENCÉ DÉS LA PRIMITIVE ÉGLISE à M'HONORER et ME faire honorer par un CULTE SPÉCIAL, après vingt siècles écoulés, il serait resté bien peu d'hommes vivant dans l'idolâtrie, dans le paganisme et dans tant de sectes fausses et mauvaises, dans lesquelles l'homme court les yeux fermés se jeter dans les gouffres du feu éternel !

Et voyez combien de travail reste à faire!

(A suivre)


Personne encore jusqu'ici, n'a compris les désirs infinis de Mon Cœur de PÈRE DIEU, d'être connu, aimé et honoré de tous les hommes, justes et pécheurs

Message de Dieu le Père à
Mère Eugenia E. Ravasio - Premier cahier (7) 1932

JE viens parmi vous par deux chemins : la Croix et l'Eucharistie. [Deux chemins + un troisième, comme on va le voir.]

  • LA CROIX est Mon chemin pour descendre parmi Mes enfants, parce que c'est par Elle que Je vous ai fait racheter par Mon Fils. Et pour vous, la Croix, c'est votre chemin pour monter ver Mon Fils et de Mon Fils jusqu'à Moi. Sans elle vous ne pourriez jamais venir, parce que l'homme, par le péché, a attiré sur lui le châtiment de la séparation d'avec Dieu.

  • Par l'Eucharistie Je réside parmi vous, comme un Père dans sa famille. J'ai voulu que Mon Fils institue l'Eucharistie pour faire de chaque Tabernacle le réservoir de Mes grâces, de mes richesses et de Mon Amour, pour les donner aux hommes mes enfants. C'est encore par ces deux chemins que Je fais descendre sans cesse, et Ma Puissance, et Mon infinie Miséricorde.

  • Maintenant que Je vous ai montré que Mon Fils Jésus me représente parmi les hommes, et que, par Lui, Je demeure sans cesse parmi eux, Je veux vous montrer aussi que Je viens parmi vous par MON ESPRIT-SAINT. L'Œuvre de cette troisième personne de Ma Divinité s'accomplit sans bruit et l'homme ne L'aperçoit pas souvent. Mais pour Moi, c'est un moyen très propre pour demeurer non seulement dans le Tabernacle, mais encore dans l'âme de tous ceux qui sont en état de grâce, pour y établir Mon Trône et y demeurer toujours comme le Vrai père qui aime, protège et soutient son enfant. Nul ne peut comprendre la joie que J'éprouve quand Je suis seul à seul avec une âme.

Personne encore jusqu'ici, n'a compris les désirs infinis de Mon Cœur de PÈRE DIEU, d'être connu, aimé et honoré de tous les hommes, justes et pécheurs. Pourtant ce sont ces trois Hommages que je désire recevoir de l'homme pour que Je sois toujours miséricordieux et bon, même envers les plus grands pécheurs.

Que n'ai-Je pas fait à mon Peuple depuis Adam jusqu'à Joseph, Père Nourricier de Jésus, et depuis Joseph jusqu'à ce jour, pour que l'homme puisse Me rendre le CULTE SPÉCIAL qui M'est dû comme Père, Créateur et Sauveur ! Pourtant ce Culte Spécial que J'ai tant désiré et que Je désire encore, ne M'est pas encore donné !

Dans l'Exode vous lisez qu'il faut honorer Dieu d'un Culte spécial. Les Psaumes de David surtout, renferment le même enseignement. Dans les Commandements que j'ai donnés Moi-même à Moïse, J'ai mis en premier lieu : « Un seul Dieu tu adoreras et aimeras parfaitement ». Or, aimer et honorer quelqu'un, les deux choses vont ensemble.

Puisque Je vous ai comblés de tant de bienfaits, Je dois donc être tout particulièrement honoré de vous ! En vous donnant la vie, J'ai voulu créer à Ma ressemblance. Votre cœur est donc sensible comme le Mien, le Mien comme le vôtre !

(A suivre)



Je suis Votre Père ! Serait-il possible qu'après M'avoir appelé Votre Père et M'avoir témoigné votre amour, vous trouviez en Moi un cœur assez dur et assez insensible pour vous laisser périr ? Non, non ! Ne le croyez pas ! Je suis le meilleur des Pères.

Message de Dieu le Père à
Mère Eugenia E. Ravasio - Premier cahier (6) 1932

Oh ! Que Mon Amour de Père a été oublié parmi les hommes ! Pourtant Je vous aime si tendrement !

En Mon FILS, c'est-à-dire dans la Personne de Mon Fils fait homme, que n'ai-Je fait encore ! La divinité, en cette humanité, s'est voilée, petite, pauvre, humiliée. Je menais avec Mon Fils Jésus, une vie de sacrifice, de travail. Je recevais Ses prières pour que l'homme ait un chemin tracé, pour marcher toujours dans la justice, afin de venir en sûreté jusqu'à MOI. Certes, JE sais bien comprendre la faiblesse de Mes enfants !

C'est pourquoi Je demandais à Mon Fils de leur donner des moyens de se soutenir dans leur défaillance. Ces moyens les aideront à se purifier de leur péché, pour qu'ils soient encore les enfants de Mon Amour. Ce sont principalement les sept Sacrements et surtout le grand moyen pour vous sauver, malgré vos chutes : c'est le Crucifix, c'est le Sang de Mon Fils qui, à chaque instant jaillit sur vous, pourvu que vous le vouliez, soit par le Sacrement de Pénitence, soit aussi par le Saint Sacrifice de la Messe.

Mes chers enfants, voilà vingt siècles que Je vous comble de ces biens par des grâces spéciales et le résultat est bien minime ! Combien de mes créatures, devenues enfants de Mon Amour par Mon Fils, se sont jetées très rapidement dans l'abîme éternel ! En vérité, ils n'ont pas connu mon Infinie Bonté, Je vous aime tant ! (expression préférée de Sœur Eugénie et qui revient souvent). Ah! Vous du moins qui savez que Je viens Moi-Même pour vous parler, vous faire connaître Mon Amour, par pitié de vous-même, ne vous jetez pas dans le précipice.

Je suis Votre Père ! Serait-il possible qu'après M'avoir appelé Votre Père et M'avoir témoigné votre amour, vous trouviez en Moi un cœur assez dur et assez insensible pour vous laisser périr ? Non, non ! Ne le croyez pas ! Je suis le meilleur des Pères. Je connais la faiblesse de Mes créatures. Venez, venez à Moi avec confiance et amour ! Et Moi Je pardonnerai à votre repentir. Même si vos péchés étaient répugnants comme la boue, votre confiance et votre amour Me les feront oublier, si bien que vous ne serez pas jugés. Eh quoi, JE suis juste il est vrai, mais l'Amour paie tout.

Écoutez, mes enfants, faisons une supposition et vous aurez l'assurance de Mon Amour. Pour Moi, vos péchés c'est comme du fer, pour Moi vos actes d'amour, c'est comme de l'or. Quand vous Me livreriez mille kilos de fer, ce ne serait pas tant que si vous Me donniez dix kilos d'or ! Ce qui signifie, qu'avec un peu d'amour on rachète d'immenses iniquités. Voilà donc, une très faible figure de Mon Jugement sur mes enfants les hommes, tous sans exception.

Il faut donc arriver jusqu'à Moi. Je suis Si près de vous ! Ii faut donc M'aimer et M'honorer pour que vous ne soyez point jugés ou tout au plus jugés avec un Amour infiniment Miséricordieux ! N'en doutez pas ! Si Mon Cœur n'était pas fait ainsi, J'aurais déjà exterminé le monde autant de fois qu'il aurait commis de péché ! Tandis que, vous en êtes témoins, à chaque instant Ma protection se manifeste par des grâces et des bienfaits. De là vous pouvez conclure qu'il y a un Père au-dessus de tous les pères, qu'Il vous aime et qu'Il ne cessera jamais de vous aimer, pourvu que vous le vouliez.



Je veux vous le rappeler pour que vous appreniez à Me connaître Tel que Je suis. Pour que vous ne soyez pas craintifs comme des esclaves, envers un Père qui vous aime à ce point

Message de Dieu le Père à
Mère Eugenia E. Ravasio - Premier cahier (5) Juillet 1932

[Enfin], lorsque J'eus bien constaté que ni les Patriarches, ni les Prophètes, n'avaient pu Me faire connaître et aimer des hommes, j'ai résolu d'aller Moi-Même. Mais, comment faire pour Me trouver au milieu des hommes ? Il n'y avait pas d'autre moyen que d'aller Moi-Même, dans la deuxième Personne de Ma Divinité. Les hommes Me connaîtront-ils ? M'écouteront-ils ? Pour moi rien n'était caché dans l'avenir, comme réponse à ces deux questions.

Je répondais Moi-Même : « Ils ignoreront Ma présence, tout en étant près de Moi. Dans Mon Fils ils Me maltraiteront, malgré tout le bien qu'Il leur fera. Dans Mon Fils, ils me calomnieront, ils Me crucifieront pour Me faire mourir. M'arrêterai-Je pour cela ? Non, Mon Amour est trop grand pour mes enfants, les hommes ! »

Je ne Me suis pas arrêté là ; mais reconnaissez bien que Je vous ai aimés pour ainsi dire, plus que Mon Fils Bien-Aimé, ou pour mieux dire encore : plus que Moi-Même.

Ce que Je viens de vous dire est tellement vrai, que s'il avait suffi d'une de Mes créatures pour expier les péchés des autres hommes, par une vie et une mort telle que celle de Mon Fils, J'aurais hésité. Pourquoi ? Parce que J'aurais trahi Mon Amour en faisant souffrir une autre créature que J'aime, au lieu de souffrir Moi-Même, en Mon Fils. Je n'aurais jamais voulu faire souffrir de la sorte mes enfants.

Voilà donc en raccourci le récit de Mon amour jusqu'à Ma venue par Mon Fils, au milieu des hommes. Tous ces événements la plupart des hommes les connaissent, mais ils en ignorent l'essentiel, à savoir : que c'est l'Amour qui a tout conduit ! Oui, c'est l'Amour, voilà ce que J'entends vous faire remarquer dans ce récit que vous venez de lire.

Or, cet Amour est oublié. Je veux vous le rappeler pour que vous appreniez à Me connaître Tel que Je suis. Pour que vous ne soyez pas craintifs comme des esclaves, envers un Père qui vous aime à ce point. Voyez, dans ce récit nous ne sommes qu'au premier jour du premier siècle et Je voudrais le conduire jusqu'à nos jours : au XXe siècle.

(A suivre)


Je n'ai eu qu'un désir, celui de Me faire connaître aux hommes et de M'en faire aimer

Message de Dieu le Père à
Mère Eugenia E. Ravasio - Premier cahier (4) Juillet 1932 : Le désir du Père est d’être parmi les hommes

Le monde a été souvent purifié de sa corruption par Mon infinie Bonté envers l'humanité. Alors Je continuais à choisir des âmes dans lesquelles Je Me complaisais, pour que par elles, Je puisse Me complaire avec Mes créatures, les hommes.

J'avais promis au monde le MESSIE. Que n'ai-Je pas fait pour préparer Sa Venue ! En Me montrant dans les figures qui Le représentaient même 1000 et 1000 ans avant Sa venue ! Car ce MESSIE qui est-IL ? D'où vient-IL ? Que fera-t-IL sur la terre ?

  • Qui vient-IL représenter ? LE MESSIE, c'est DIEU.

  • Qui est Dieu ? Dieu c'est le PÉRE, le FILS et le SAINT-ESPRIT.

  • D'où vient-IL ou plutôt qui Lui a ordonné de venir parmi les hommes ? C'est MOI son PÈRE, DIEU.

  • Qui représentera-t-IL sur la terre ? Son PÈRE; DIEU.

  • Que fera-t-IL sur la terre ? Il fera connaître et aimer le PÈRE : DIEU.

N'a-t-IL pas dit : « Ne savez-vous pas qu'il faut que Je sois aux choses de Mon Père? » - Nesciebatis quia in his, quae Patris mei sunt oportet me esse [Lc. 2, 49]. « Je ne suis venu que pour faire la volonté de Mon Père ». « Tout ce que vous demanderez à Mon Père en mon Nom, Il vous le donnera ». « Vous le prierez ainsi : Notre Père qui êtes aux Cieux, etc.. ». Et ailleurs, comme il est venu pour glorifier le Père et Le faire connaître aux hommes, Il dit: « Qui Me voit, voit Mon Père ». « Je suis dans le Père et le Père est en Moi ». « Personne ne vient au Père si ce n'est par Moi » - Nemo venit ad Patrem nisi per me [Jn. 14, 6]. « Quiconque est avec Moi, est aussi avec Mon Père » etc. etc.

Concluez, ô hommes, que de toute éternité Je n'ai eu qu'un désir, celui de Me faire connaître aux hommes et de M'en faire aimer, désirant rester sans cesse auprès d'eux. Voulez-vous une preuve authentique de ce désir que Je viens d'exprimer ? Pourquoi ai-Je ordonné à Moïse de construire le Tabernacle et l'Arche d'Alliance, si ce n'est parce que J'avais le désir ardent de venir habiter, comme un Père, un Frère, un Ami confiant avec mes créatures, les hommes ? Malgré cela ils M'ont oublié, offensé, par des fautes sans nombre.

Et pour qu'ils se souviennent malgré tout de leur Père Dieu et de l'unique désir qu'Il a de les sauver, J'ai donné Mes Commandements à Moïse, pour que, étant tenus de les observer, ils pussent se souvenir du Père infiniment bon, tout occupé de leur salut présent et éternel.

Tout cela tomba encore dans l'oubli et les hommes sombrèrent dans l'erreur et la crainte, trouvant pénible d'observer les Commandements tels que Je les avais transmis par Moïse, ils se sont forgé d'autres lois en conformité avec leurs vices, pour les observer plus facilement. Peu à peu, dans la crainte exagérée qu'ils avaient de Moi, ils M'ont encore oublié et accablé d'outrages. Mon Amour pour ces hommes, mes enfants, ne s'est point arrêté cependant.

(A suivre)


Je suis l'Éternel et lorsque Je vivais seul, J'avais déjà résolu d'employer Ma Toute-Puissance pour créer des êtres à Mon Image

Message de Dieu le Père
à Mère Eugenia E. Ravasio (Italie) - Premier cahier (3) Juillet 1932

Je suis l'Éternel et lorsque Je vivais seul, J'avais déjà résolu d'employer Ma Toute-Puissance pour créer des êtres à Mon Image. Mais auparavant il fallait la création matérielle pour que ces êtres puissent trouver leur subsistance : alors ce fut la création du monde ! Je le remplissais de ce que Je savais devoir être nécessaire aux hommes : l'air, le soleil et la pluie et de tant d'autres choses que Je savais être nécessaires à leur vie.

Enfin l'homme est créé ! Je Me suis complu dans Mon Œuvre. L'homme commet le péché, mais c'est alors que Mon infinie Bonté va se montrer. Pour vivre parmi les hommes que Je créai, Je choisis dans l'Ancien Testament des Prophètes à qui J'ai communiqué Mes désirs, Mes peines et Mes joies, pour qu'ils les fassent passer à tous.

Plus le mal grandissait, plus Ma Bonté Me pressait de Me communiquer à des âmes justes pour qu'elles transmissent Mes ordres à ceux qui causaient le désordre. Aussi dus-Je parfois user de sévérité pour les reprendre, non pour les châtier – ce qui n'aurait fait que du mal, mais pour les détourner du vice et les tourner vers leur Père et leur Créateur qu'ils avaient oublié et méconnu dans leur ingratitude.

Plus tard, le mal submergea tellement le cœur des hommes, que Je fus contraint d'envoyer des malheurs sur le monde pour que l'homme fût purifié par la souffrance, la destruction de ses biens ou même la perte de la vie ; ce fut le déluge, la destruction de Sodome et de Gomorrhe, les guerres de l'homme contre l'homme, etc, etc...

J'ai toujours voulu rester dans ce monde parmi les hommes. Ainsi pendant le déluge, J'étais auprès de Noé – le seul Juste d'alors. De même dans les autres calamités, Je trouvais toujours un Juste auprès duquel demeurer et, par lui, Je demeurais au milieu des hommes de ce temps et il en fut toujours ainsi.


Je mets Mon plus grand bonheur à être avec lui et à converser avec lui, comme un Père avec ses enfants

Message de Dieu le Père à Mère Eugenia E. Ravasio (Italie) - Premier cahier (2) 1er Juillet 1932 : Fête du Précieux sang de notre seigneur Jésus Christ.

Voici le vrai but de ma venue :

  1. Je viens pour bannir la crainte excessive que Mes créatures ont de Moi, et pour leur faire comprendre que Ma joie est d'être connu et aimé de Mes enfants, c'est-à-dire de toute l'humanité présente et future.

  1. JE viens apporter l'espérance aux hommes et aux nations. Combien l'ont perdue depuis longtemps déjà ! Cette espérance les fera vivre dans la paix et la sécurité en travaillant à leur salut.

  1. JE viens pour Me faire connaître Tel que Je suis. Pour que la confiance des hommes grandisse en même temps que leur amour pour MOI leur PÈRE, qui n'ai qu'un seul souci : celui de veiller sur tous les hommes et de les aimer comme Mes enfants.

Le peintre fait ses délices de la contemplation du tableau qu'il a peint lui-même; ainsi Moi, Je Me complais, Je mets Ma joie à venir parmi les hommes, chef-d'œuvre de MA création. Le temps presse, Je voudrais que l'homme sût au plus tôt que Je l'aime et que Je mets Mon plus grand bonheur à être avec lui et à converser avec lui, comme un Père avec ses enfants.


Je suis Celui qui crée la forme de chaque flocon de neige, et permet son vol vers la terre

Message du Saint Amour à Maureen, reçu le 3 février 2011 : le point de vue agnostique sur les Miracles

Je vois une grande flamme que j'ai appris à connaître comme étant le Cœur de Dieu le Père.

Le Père dit : « Je Suis Qui Je Suis. Je suis l'Éternel Présent, Je suis Celui qui crée la forme de chaque flocon de neige, et permet son vol vers la terre.

Je suis venu M'opposer aux méfaits du point de vue agnostique et défendre le miraculeux. Ceux qui ne voient pas [agir] Ma Main dans le moment présent, ne comprennent pas Ma Volonté. J‘utilise le naturel et les choses créées – y compris les personnes – pour faire Mes miracles.

L'agnostique trouve de bonnes explications aux nombreux miracles avec sa raison humaine. Aussi, quand il voit un flocon de neige, c'est tout ce qu'il voit. Il ignore la Main qui est derrière la création du flocon et ne voit que l'explication scientifique.

Alors, voyez-vous, le libre arbitre accepte le miraculeux avec simplicité ou le rejette par sophistication de la raison. Les incroyants trouvent de bonnes explications à tant de grâces... »

(Vincent) Pour vous aider à comprendre ce texte, imaginez-vous que l'univers entier se trouve dans la pensée de Dieu. Comme une personne qui ferait un rêve et qui créerait un monde à l'intérieur de son esprit.



Je suis le Père – je suis le Fils, le seul Dieu unique et vrai

Message de Dieu à JNSR (France) donné le 25 août 2010

Seigneur, je suis disponible autant que Tu le souhaiteras pour écrire Ta sainte Parole,  que Ta Volonté soit faite.

Le Seigneur dispose de Tout, du Présent comme de l'Avenir, mais Je laisse l'homme libre de tous ses actes, et c'est dans cette liberté donnée par Son Dieu que l'homme dispose de lui-même pour son bien comme pour son mal.

Jusqu'à présent l'homme est entièrement libre de son choix, mais en ce qui concerne le mal (seul Dieu connait l'heure de sa fin), Je l'arrêterai à temps, car il se fait tard. Vous commencerez alors à apercevoir l'Aube Nouvelle à la fin de ce Temps actuel,  où plus rien ne fera obstacle, car il disparaitra à jamais.

Vous viendrez tous aux Saints Commandements de Dieu qu'entendit Moise sur le Mont Horeb, écrits sur la pierre Ma Main Sainte et Divine. A ce moment, l'arrêt du mal sera le dernier soubresaut de tous les éléments en colère, J'aurai déjà retiré du mal l'homme, car la fin de Satan se déroulera entre Dieu et lui.

Je le vaincrai devant Mes saints Anges, témoins de la fin de mon Ennemi et celui de toute Ma Sainte Création avec les Hommes en premier. Toutes les Vies appartiennent à Dieu.

Je Suis le Dieu d'ABRAHAM,  d'ISAAC et de JACOB – JE SUIS L'INFINI ET LE NON CREE.

Pouvez-vous dire que seuls vous vous êtes créés ? Pouvez-vous dire que vous êtes capables de créer quelque chose sans l'aide de Dieu et de tout ce qui concerne Ma création ?

Vous pouvez commencer à toucher à l'Infini. Espérez-vous sans Mon aide, arriver à percer le début de l'origine de Ma Création?

DIEU N'A NI COMMENCEMENT NI FIN

JE SUIS L'EXISTENCE – JE SUIS LE DIVIN – JE SUIS VOTRE SEUL  DIEU UNIQUE ET VRAI – JE SUIS DANS LE PERE « LE FILS »

JE SUIS le Commencement de l'Homme – JE SUIS la marche du Temps – JE SUIS l'Alpha et l'Oméga de toutes choses – Mais avant l'Alpha,  JE SUIS « L'EXISTENCE » – JE SUIS Celui qui n'a ni commencement ni fin.

JE SUIS LA VIE – LA VERITE – LA VOIE

Et pour que l'Homme puisse Me comprendre et M'aimer, « JE SUIS » vous a donné de LUI-MÊME pour Votre Terre, comme pour tout l'Univers, UN ÊTRE VIVANT – SORTI – DE LUI : SA PAROLE, SON VERBE FAIT CHAIR, qui par son Amour et par Son Obéissance EST encore LE MÊME DIEU, sorti de Dieu, qui comme vous et pour vous a voulu avoir un commencement.


Mais si Sa fin de Son existence sur Terre, ressemble à L'HOMME DE LA SOUFFRANCE,  
par Sa Sainte Résurrection, Il vous montre « ce que sera l'HOMME! », « s'il croit en Dieu Ressuscité, devenu LE FILS DE DIEU pour que l'Homme devienne DIEU », comme le Père, par le Fils, est devenu DIEU-HUMAIN.

Combien l'Homme est aimé de Son Créateur qui est devenu « Parole Vivante et Fils Crucifié » pour sauver l'Homme dégradé et lui donner Sa Dignité de ressembler au Fils de Dieu, qui a pris naissance d'une Vierge DIVINE, car Tout ce qui existe sans pêché a gardé la Divinité de DIEU et Marie est conçue sans pêché.

Qui peut soutenir le contraire, comment l'homme pêcheur peut-il encore juger Ma Sainte Mère ? Serait-il un nouveau dieu créateur ?

Pour Marie SA CONCEPTION VIENT DU PERE. ELLE EST LA DIVINE IMMACULEE CONCEPTION.

PAROLE DE DIEU. AMEN.


Il n'y a pas de forces occultes et mystérieuses qui agissent dans l'univers à Mon insu

Message d'Amour donné par la Divine Sagesse à une âme mystique d’Italie pour les élus des derniers temps, le 24 juillet 2010


Chers amis, Mes fidèles, sur vous j'ai un Projet spécial. Restez-Moi fidèles et résistez avec Mes Armes à la grande tempête en cours : vous aurez de Moi la couronne de gloire qui revient aux amis les plus fidèles.

Chère épouse, un grand changement est déjà en cours, mais il se poursuivra selon des étapes rapides. Que chacun se prépare à accueillir Ma Volonté, même s'il ne comprend pas. Petite épouse, chaque fois qu'arrive un fait peu compréhensible, pense à Moi de manière spéciale et répète dans ton petit cœur : " Toujours, soit Dieu veut, soit Il permet, et rien n’arrive différemment." Il n'y a pas de forces occultes et mystérieuses qui agissent dans l'univers à Mon insu. As-tu bien compris ?

Je dis : « Doux Amour, à Ta Lumière j’ai certes compris. Ton Regard atteint tout lieu de l’Univers et rien ne peut arriver sans Ton Consentement, sans Ta Permission. Quand arrivent des faits étranges, les hommes tremblent comme des feuilles, ils tremblent et disent: "Où est Dieu ? Pourquoi arrivent ces faits terribles ?" Ils disent ainsi les sots de la terre, sans penser que chaque homme est sous Ton Regard. Toi, Amour Infini, Tu connais son cœur, chaque sentiment, son esprit, chaque pensée : Ton Regard sublime est toujours sur nous.

Pour qui vit en Toi et pour qui Te cherche, c'est chose merveilleuse et très douce. Je pense à l'enfant qui sent sur lui le regard maternel : il est heureux et gazouille de joie. Ainsi, chaque homme est-il sous Ton Regard amoureux. Toi, en effet, Tu regardes chaque homme avec Amour, mais Tu n'obliges personne à accepter Ton Affection sublime.

L'enfant reçoit toujours le doux amour des parents et il est heureux de se sentir aimé ; mais pour l'homme de la maturité les choses sont différentes. Toi, Très Doux Amour, Tu dis à tout homme : "Je veux te donner Mon Immense Amour : tu peux accepter et être heureux en Moi, Tu peux refuser. Tu es libre, homme, de ton choix". Doux Amour, Dieu de Bonté et de Miséricorde Infinie, Tu dis cela à l’homme, à tout homme sur terre.

Toi, Très-Saint, Tu es le Créateur de tous les hommes, le Sauveur de l'humanité de tous les temps, Toi, Jésus, Tu es l'Esprit d'amour qui veut embrasser et envahir chaque créature humaine. Doux Amour, verra-t-on le jour où tous comprendront cette vérité sublime ? Qui l’a compris est heureux en Toi ; même s’il doit faire face aux peines de la vie, il sait qu’après cela il entrera dans Ta lumière et y restera à jamais. Le jour viendra-t-il où tous comprendront ? »

Je te dis, Ma petite épouse, que jusqu'à la conclusion de l'histoire humaine il y aura toujours quelqu'un qui n’aura rien compris et ne veut rien comprendre. Petite épouse, J'ai accordé à l'homme la liberté : il doit choisir, soit accueillir Mon Tendre Amour soit le repousser. Tu dois comprendre, petite épouse, qu’il n'accueille pas Mon Amour, celui qui dit avec les lèvres : "Seigneur, Seigneur". Il ne Me plait pas celui qui a Mon Nom sur les lèvres mais ne fait pas Ma Volonté ; est apprécié de Moi et accueille vraiment Mon Amour celui qui fait Ma Volonté.

Chère épouse, l'homme montre qu’il M'aime vraiment, quand il laisse Mes Paroles entrer dans la profondeur de son âme, et qu’elles deviennent vie vécue. Epouse bien-aimée, répète au monde Mes Paroles, répète-les pour que tout le monde les comprenne bien et soit heureux en Moi.
Ce n’est pas celui qui Me dit et répète: "Seigneur, Seigneur", qui entre dans Mon Royaume de Bonheur éternel, mais celui qui s'efforce de faire toujours Ma Volonté.

Je dis : « Doux Amours, sachant que la volonté humaine est toujours faible, Tu accordes à tout homme les Grâces pour le salut, de manière abondante. S'il n'a toujours pas compris, qu’il les cueille tout de suite, avant que ne tombe la nuit sur sa vie ».

Chère épouse, que ton cœur soit joyeux, parce que les Grâces de salut descendent encore abondamment, comme une pluie très serrée, comme la neige descend à grands flocons sur le monde.
J'accorde beaucoup, chère épouse, parce que Je veux le salut pour chaque âme, Je désire qu’aucune, qui se perd, ne puisse dire : "Je n'ai pas été aidée. J'ai été oubliée". Répète au monde Mes Paroles : se sauve qui veut se sauver et agit activement pour le faire ; ne se sauve pas qui refuse le salut en vivant dans la rébellion.

Petite épouse, vis dans le Flot Suave de Mon amour et sois heureuse en Moi. Je t'aime.

Je vous aime.



Je suis votre Vrai pasteur

Message de Jésus à Jennifer, reçu le 20 janvier 2010, à 17h 30


Mon enfant, Je suis le Dieu de bonté. Les montagnes, les arbres, les rivières et les ruisseaux sont Ma Création, Ma Bonté sur l'humanité. Je suis votre Providence. Les oiseaux, les poissons tous les animaux que vous voyez – les fruits de la vigne, le blé des champs, que J’ai prévus pour Mon Peuple, afin que l'humanité [puisse] accomplir sa mission sur cette terre, où elle s’incarne pour Me connaître et Me servir.

Je nourris l'homme, corps et âme. Tout bien vient de Moi car Je suis Jésus. Je protège Mes enfants, par les sacrements de Mon Eglise.
Je donne à Mes Fils de Prédilection les clés pour Me Représenter et veiller sur leur troupeau comme de vrais pasteurs. J’affirme cela à mes enfants même si les faiblesses humaines de certains de Mes Fils de Prédilection les ont éloignés de la bergerie. Je suis votre Vrai pasteur et je M'adresse à vous par le biais de Mon Fils de Prédilection, le Pape.

Soyez attentifs Mes Enfants à Ma Bonté car Je suis votre Providence. Je suis votre Protecteur. Je suis votre Créateur et Je désire que vous vous présentiez à la place préparée pour vous à la Table de Mon banquet.
Votre temps sur cette terre est un moment de préparation car votre vrai trésor est dans le ciel – car Je suis votre Eternité, Je suis Jésus, et tout sera fait selon Ma Volonté.


Mais pour ceux qui m'aiment, qui obéissent à mes commandements et qui me donnent le respect dû à leur Créateur, je leur donne tout mon amour, toute ma miséricorde, mon pardon et ma protection

Message de Dieu le Père par l’entremise de Lec des Philippines
- 5 Décembre 2008

Fils, du fond de ton cœur, écoute mes paroles.
Je viens à vous comme un Dieu de miséricorde et d'amour et je désire être connu de cette façon. La lecture de l'ancien testament me fait souvent passer pour un Dieu dur, cruel et très sévère.
Puis-je te rappeler, mon messager, que j'ai mis dans ton esprit auparavant, le mot "têtu". L'entêtement de mon peuple élu (les Israélites) m'obligeait souvent à leurs faire connaître la rigueur de ma justice. Mais c'était pour leur bien que j'agissais ainsi.

Mais pour ceux qui m'aiment, qui obéissent à mes commandements et qui me donnent le respect dû à leur Créateur, je leur donne tout mon amour, toute ma miséricorde, mon pardon et ma protection. J'ai le regard tourné vers chaque personne qui désire se sauver. Je veux que vous puissiez demeurer dans ma maison pour toujours.


Je vais envoyer mes anges aux quatre coins de la terre pour vous épargner la grande attente du jugement de l'humanité. Si ces jours n'avez pas été raccourcis, aucun homme n'aurait survécus, mais vous avez été marqués comme mes fils et mes filles.
Un Père affectueux vous permettra-t-il de souffrir terriblement, alors que toute votre vie, vous m'avez servi, adoré et aimé ?
------------------------------------------

Lec - What I Heard - December 5, 2008 - From the Still, Small, Inner Voice
Son, from the stillness of your heart, hear my words. I come as a God of mercy and love and wish to be known that way. People have the impression that I am harsh, cruel and too stern because of the occasions I dealt with the Israelites of old. May I remind you my son of the word I put into your mind before, the word "stubborn". The stubbornness in my chosen people (Israelites) forcibly moved my hand in applying to them the hard rod of discipline, however, it is for their good that I acted that way. But to those who love me, obey my commandments and give me the respect that is due me as their Creator, to them I come as a loving, merciful, forgiving, protecting God. I know each one of you whose life's priority is your salvation??that you may dwell in my house forever. I will send my angels to the four corners of the earth to spare you from the great trials awaiting mankind. If those days are not shortened, NO MAN SHALL STAY ALIVE but you have been marked as my sons and daughters. Will a loving Father allow you to suffer terribly when all your life you serve, worship and love Me ?


Je ne force pas l’humanité à travailler pour le ciel. Si je le faisais, nous n’aurions pas une famille mais un maître et ses esclaves.

Directives pour notre temps
par
l’entremise de Anne une apôtre laïque d’Irlande 21 décembre 2006

Jésus s’adresse à ceux qui ne le connaissent pas

Jésus : « Je suis Jésus;  je suis Dieu.  Je suis complet en moi-même.  Je suis présent dans ton monde et je suis présent au ciel.  Tu comprends, je suis omniprésent.  Même si tu le désires, tu ne peux pas te retirer de ma présence sur terre. 

J’ai créé la terre.  Tu pourrais dire que la terre m’appartient.  Tout ce qu’il y a en elle est aussi ma création.  Toi, cher bien-aimé, tu as été créé par moi.  Est-ce que je dis que tu m’appartiens?...je le dis d’une autre manière.  Je dis que je veux que tu m’appartiennes.  Je veux posséder ton cœur.  Pourquoi est-ce que j’utilise le mot ‘cœur’ quand en réalité c’est ton âme que je cherche?  J’utilise le mot ‘cœur’ parce que les gens caractérisent le cœur comme l’endroit où les personnes gardent l’amour qu’elles possèdent. 

Si vous aimez, les gens disent que vous l’avez dans votre cœur.  Le cœur est connu comme étant la source de l’amour et le réceptacle de l’amour, donc, Moi Jésus, je te dis que je veux posséder ton cœur.  Quand tout est simplifié, comme ce devrait l’être, je dis que je veux que tu m’aimes.  Je t’aime…il n’y a pas de problème là.  Je t’aime aujourd’hui et je t’aimerai toujours.  La difficulté que nous avons, c’est que tu ne me connais pas.  La seule manière pour moi de t’enseigner à m’aimer c’est que je me révèle moi-même à toi pour te permettre de me connaître.  Pour cette raison, je viens à toi aujourd’hui, je me révèle moi-même à toi à travers ces paroles et à travers les grâces qui y sont rattachées. 
Si tu lis ces paroles et que tu s’assois en silence, tu commenceras à me connaître.  Si tu commences à me connaître, en réalité tu commenceras à m’aimer.  Oublie tout ce qui te tente d’écarter ces paroles et ces grâces.  Arrête-toi, sois avec moi, laisse-moi t’enseigner à mon sujet. »

« Dans votre monde d’aujourd’hui, il y en a qui se réclament de bonté.  Certaines de ces affirmations sont vraies, certaines sont fausses.  Moi, Jésus, je ne présente jamais de mensonges, je ne repose jamais sur la fausseté.  La vérité a en elle un sentiment pur et la vérité ne change pas.  Si tu veux trouver la vérité, retourne dans le temps et regarde quelles affirmations de vérité ont persisté;  quelles sont les choses qui étaient vraies il y a deux mille ans?  Tu les trouveras si tu regardes pour voir ce qui a persisté à travers les âges.  Il y a deux mille ans, c’était vrai que je suis venu pour apporter le salut, aujourd’hui, c’est toujours vrai.  Je suis venu à ce moment-là et je viens aujourd’hui.  Je viens pour ton salut;  je viens pour que tu sois sauvé.  Je viens afin que là où il y a de la fausseté, là où tu es trompé, que je sois présent avec ma vérité. 

Il y a deux mille ans, il y avait le mal dans le monde.  Aujourd’hui, le mal persiste en même temps que le bien.  Est-ce que cela veut dire que le mal est bon?  La vérité a-t-elle changé?  Non.  Tout comme la vérité ne change jamais, également le mal ne change pas.  Le mal change tout simplement son déguisement.  Moi, Dieu, je n’ai pas changé de caractère.  Quand au début tu connais quelqu’un, tu connais peu de choses à son sujet.  Au fur et à mesure que tu en viens à mieux connaître quelqu’un, tu en apprends davantage.  Avec le temps et avec une interaction loyale, tu commences à bien connaître quelqu’un et tu peux alors dire que tu comprends cette personne. 

Je veux que tu me comprennes, je suis Vérité, la Vérité c’est moi,  Pour me connaître, moi Jésus, tu devras savoir ce qui est vrai et ce qui est faux.  Je te l’enseignerai, mais ce n’est pas quelque chose que je peux t’enseigner en une seule fois. 
La vérité, dans sa grande profondeur, doit être absorbée graduellement.  Pour cette raison, je t’invite à rester en ma compagnie.  Si tu le fais, je t’enseignerai tout ce que tu dois savoir pour distinguer entre la vérité et la fausseté dans votre monde.  Je t’enseignerai à séparer le bien du mal en un coup d’œil.  Je suis le grand Professeur, le Divin Professeur. 
Avec moi vient la lumière nécessaire pour un enseignement instantané sur n’importe quel sujet spécifique.  Tu peux dire :  ‘Mon Dieu, donnez-le-moi tout en même temps, si vous dites que vous pouvez le faire’.  Tu as raison, je pourrais le faire, tel est mon pouvoir.  Mais toi, mon ami, tu n’es pas disposé à accepter une pareille expérience, parce que ma vérité est toute sur l’amour.  Ton petit cœur doit être d’abord étiré.  Nous devons faire de la place pour toute cette vérité, qui est remplie d’amour.  Je veux que tu embarques avec moi pour un voyage.  Marche avec moi, laisse-moi t’attirer dans ton âme, dans la nature mystique de toi-même.  Viens là avec moi pour que je puisse t’introduire aux grandes vérités concernant ta famille, la famille de Dieu.  Tu y trouveras là tellement d’acceptation.  Lorsque tu te reposeras dans mon regard dans ton âme, tu comprendras au sujet de l’amour.  En même temps, tu comprendras au sujet du ciel, ta demeure ultime.  Je t’appelle maintenant et je sais que tu m’entends.  Reste avec moi;  donne-moi la chance la plus brève de me révéler à toi. »

« Tandis que je t’attire dans la nature mystique de toi-même, je t’attire dans mon cœur.  Mon cœur et ton cœur vont ensemble.  Quand tu es avec moi, tu te sens calme et accepté.  Tu te sens unique avec les autres parce que tu fais l’expérience de la communauté dans ton âme.  Si je suis avec chaque homme comme je le suis avec toi, alors tu es relié à chaque homme à travers moi.  Commences-tu à comprendre la famille de Dieu? 
J’aime chaque homme créé.  J’ai un bon plan pour chaque homme créé. 
C’est ma vérité et, comme tu te le rappelles, je ne peux jamais être là où il y a la fausseté.  Si j’ai un bon agenda pour chaque homme créé, et si j’ai un bon agenda pour toi, tu es en sécurité avec moi et tout le genre humain est en sécur
ité avec moi.  Relié à moi, chaque homme fera son temps sur terre en union mystique avec tous les autres hommes et en union mystique avec tous les saints dans le ciel.  Nous sommes tous reliés. 

Après ce temps de service, chaque homme relié à moi vient à moi à la maison, la maison de la famille qui l’aime, qui l’attend et qui l’accueille.  Il n’y a aucune mauvaise volonté du côté du ciel, il n’y a que de l’acceptation et de la vérité.  J’ai tellement d’espoir pour toi, mon ami.  Tous tes dons trouvent leur origine en Dieu et sont une excroissance de la bonté de Dieu.  Si tu apprends à me comprendre, tu apprendras que je veux utiliser tes donc pour créer de l’harmonie dans ton âme.  Nous sommes tous reliés.  Aimerais-tu en faire profiter le monde?  En vérité, tu en es capable et c’est mon plan pour toi.  J’ai tellement à te donner en terme de connaissance et de sagesse.  Fais équipe avec moi, tu fleuriras et grandiras à des hauteurs que tu n’aurais jamais rêvé possibles.  Réjouis-toi, homme.  Tu te reposes avec Dieu, le Dieu de tout.  Ce Dieu te dit aujourd’hui que tu es aimé et nécessaire. »

« Mon ami, c’est entre toi et moi.  Par « cela » je fais référence à la fois à cette conversation et à ta décision ultime de soit m’accepter ou me rejeter.  Quand il t’est demandé de prendre une décision importante sur terre, tu considères tes options;  tu prends le temps et tu soupèses les deux côtés.  Peut-être que tu hésites entre un chemin ou un autre.  Je veux que tu considères les deux côtés de cette décision.  Si tu m’acceptes, tu vas entrer dans la famille la plus aimante et la plus sure. 
Je préparerai le chemin devant toi, te guidant, te protégeant et ne t’abandonnant jamais.
  Si tu m’acceptes, tu viendras au ciel en triomphe, emportant avec toi les grands bénéfices de ta coopération assurée pour ta famille.  Tu marcheras dans la vérité et dans le calme.  Ta vie sur terre ne deviendra pas soudainement facile, mais elle sera remplie de la paix et de la grâce de Dieu. 

Si tu me rejettes, tu continueras, vulnérable à la tromperie de mon ennemi.  Tu t’illusionneras parfois, pensant que tu es sage.  Peut-être que tu te sentiras supérieur à plusieurs et tes frères et sœurs, mais je te dis aujourd’hui, dans toute ma vérité, que le plus humble au ciel détient tous les mystères de Dieu dans son âme.  Tu ne seras pas au courant de ces réalités mystiques si tu me rejettes, comment le pourrais-tu si tu n’as pas voulu l’être?

Je termine avec la plus grande vérité de toute, et c’est celle que je n’oblige pas mes enfants à me choisir. 
Je ne force pas l’humanité à travailler pour le ciel. 
Si je le faisais, nous n’aurions pas une famille mais un maître et ses esclaves.  Non.  Ce n’est pas pour moi et ce n’est pas pour toi.  Le Royaume céleste ne serait pas le Royaume céleste s’il n’était pas rempli avec des enfants de bonne volonté et bien-aimés.  Tout le monde au ciel travaille les uns pour les autres avec beaucoup de joie.
  Tandis que tu lis ces paroles, il y a beaucoup d’espoir au ciel que tu me choisiras, moi Jésus-Christ et que tu embarqueras dans ce voyage vers la vérité, elle est là pour toi.  Je possède la vérité et j’ai un chemin de préparé pour toi qui t’amènera à cette destination. 

Je répète la plus grande vérité de toute :  ‘Je t’aime’.  Je prendrai soin de toi.  Choisis-moi et je commencerai à me révéler à toi.  Tu connaîtras la paix, mon ami;  tu connaîtras la sécurité;  tu connaîtras la joie pour toute l’éternité.  C’est ton héritage et je suis ton Dieu.  Ne laisse rien t’écarter de la vérité que je suis, Jésus Christ et que je t’aime.  Je viens moi-même  aujourd’hui me présenter à toi pour te sauver.  Viens;  fais-moi confiance;  sois avec moi, je vais te protéger. »


C’est mon plaisir que de simplement regarder ce que les humains, avec leur propre tempérament, vont faire de leurs propres vies. 

Messages du Ciel par l’entremise de Lec des Philippines 17 août 2007 à 6 :45 h. (a.m.)

Message de « Je suis »

« Fils, personne sur terre ne peut vivre une vie jusqu’à sa fin sans commettre aucun péché.  C’est un mystère pour les homme du pourquoi Moi, le Créateur, ai permis aux êtres humains d’être ainsi faits, quand au départ, c’est un fait que toutes les âmes sont venues de moi, leur Créateur, votre JE SUIS. 

Au commencement, je voulais que les humains soient parfaits mais un simple acte de désobéissance a changé le cours de la destinée de l’homme.  La terre aurait été un paradis jusqu’à ce jour, et où tous les besoins des gens leur auraient été donnés au parfait moment, si les premiers humains étaient demeurés loyaux dans leur obéissance. 

Néanmoins, je ne peux pas considérer la probabilité que j’aie commis une grosse erreur en créant les êtres humains que j’ai dotés d’une volonté qui leur est propre.  C’est mon plaisir que de simplement regarder ce que les humains, avec leur propre tempérament, vont faire de leurs propres vies. 

Mon réel plaisir vient lorsque je vois les gens se tourner vers moi en confiance, me donnant leur fidélité inconditionnelle, leur amour, leur obéissance, leur gratitude de les avoir créés et ainsi de leur avoir donné l’opportunité sans prix de jouir de l’éternité en compagnie de leur Créateur. 

Je désire, aussitôt que je le pourrai, restaurer la terre à sa première gloire, la ré-institution du paradis où ceux qui, avec leurs cœurs, m’ont cherché, moi et mon Fils Jésus, habiteront, mais ce privilège n’a pas été mérité par chaque personne méritant de voir et vivre dans la Nouvelle Ère que l’Esprit de JE SUIS a révélé à mes serviteurs les prophètes. 

Essaie d’acquérir autant de grâces que tu peux.  Prie beaucoup pour être jugé digne.  Prie fort pour être épargné des épreuves et tribulations qui viendront immédiatement avant l’arrivée de la Nouvelle Ère où uniquement la paix et la droiture vont régner. »

Va en paix.  Le « JE SUIS »


En aucun temps vous ne devriez avoir peur que je n’aie pas un plan parfait pour vous

Directives pour notre temps Message du mois, tel que Jésus l’a donné à Anne une apôtre laïque d’Irlande - 1er octobre 2007

« Mes bien-aimés apôtres, s’il vous plaît, soyez vigilants face à ma volonté. 
En aucun temps vous ne devriez avoir peur que je n’aie pas un plan parfait pour vous.


Parfois, vous prenez des décisions qui ne sont pas en accord avec mon plan.  Parfois, ces décisions vous font mal et font mal aux autres.  C’est tout particulièrement durant ces périodes que vous devriez me chercher parce que j’adapterai pour vous mon plan pour qu’il s’ajuste à vos circonstances du moment.

Quant devriez-vous croire que vous êtes laissés à vous-même?  Jamais.  Dans quelles circonstances mon cœur serait-il si endurci qu’il refuserait d’arriver à toute vitesse avec le pardon et la grâce et un plan alternatif pour vous?  De telles circonstances n’existent pas.


Mes très chers petits apôtres, soyez assurés de ma volonté à travailler avec vous à chaque moment, indépendamment de votre condition du moment.  Dans l’humanité, il y a des moments d’une telle sainteté que même le ciel s’arrête pour s’émerveiller.  Dans l’humanité, il y a aussi des moments de faiblesse et de cruauté.  Veuillez croire que le ciel prend le mauvais avec le bon et fait avancer chaque âme consentante vers un bien de plus en plus grand.  Le ciel vous détourne de la tentation et vous éloigne de la souffrance du péché.


Je suis bon, mes amis, comme mon Père est bon.  Vous, mes bien-aimés apôtres, êtes appelés à me ressembler et à aussi être bons.  Vous tendez vers cela, je le sais.

Aujourd’hui, je demande à chaque apôtre de considérer que j’ai traité les autres avec bonté. 
Je vous ai enseigné au sujet de la douceur et aujourd’hui je vous enseigne au sujet de la bonté.  Petits apôtres, le cœur des autres est facilement blessé. 
Pouvez-vous vous souvenir lorsque quelqu’un vous a traité durement?  Vous souvenez-vous de votre peine?


J’ai été parfois traité durement et mon cœur a ressenti la même peine.  Nous ne voulons pas cela pour les autres.  Nous voulons que les autres comprennent que Dieu les aime et vous, mes amis, vous ferez cela quand vous les traiterez avec la bonté du Père. 
Je vous aiderai si vous me le permettez. 

Je vous enseignerai à demeurer silencieux en présence des fautes des autres
et je vous enseignerai à parler ouvertement de leurs forces. 
Faites encore une pause et essayez de penser à une bonté qui vous a été manifestée.  Vous rappelez-vous de ce que vous avez ressenti à ce moment-là?  Vous vous êtes sentis reconnaissants n’est-ce pas?  Vous vous êtes sentis raffermis.  Je veux couler vers les autres à travers vous. 

Vous me permettrez de le faire si vous travaillez à chaque jour à être bon envers chaque personne que vous rencontrez. 
Leur souffrance diminuera à cause de votre bonté. 
La souffrance du monde entier sera réduite si chacun de mes bien-aimés apôtres apprend à être bon. 

Commencez par être bons envers vous-même.  Je t’accepte, mon ami…tu dois t’accepter toi-même.  Soyez en paix dans mon amour pour vous. 
Je ne donne pas un enseignement sans aussi vous donner la grâce de le mettre en œuvre, donc à présent, je vous enseignai la bonté. »


Vous vivez sous mon regard en tout temps, même si vous n’en êtes pas conscients.

Message de Dieu au Père Melvin Doucette
Message - 23 juillet 2007

J’ai passé ma période de prière matinale avec Dieu le Père, qui m’a parlé en ces termes :

Melvin, mon fils et l’ami de Jésus, je te bénis et je bénis également tous mes fils et toutes mes filles où qu’ils soient. 
Je suis heureux de vous avoir créés à mon image et à ma ressemblance. 
Vous vivez sous mon regard en tout temps, même si vous n’en êtes pas conscients. 
Je pourvois à tous vos besoins et beaucoup d’entre vous oublient de me remercier ou de reconnaître que ces choses viennent de moi. 


Savez-vous que sans ma Providence vous ne pourriez-pas exister sur la terre?
  J’ai créé toutes choses, comme l’air, l’eau, le soleil, la lune et ainsi de suite.  Si le soleil arrêtait de luire, tout le monde sur terre mourrait en l’espace de quelques jours.  C’est par amour pour vous que je vous procure toutes ces choses qui sont indispensables à votre vie.

Le plus grand cadeau que je vous ai fait est celui de la vie.  Sans la vie, vous ne seriez qu’une pensée, vous n’existeriez pas.  Vous devez protéger votre vie et agir avec prudence parce qu’elle vient de moi.  Personne n’a le droit de détruire la vie.  J’exhorte chacun de vous, mes frères et mes sœurs, à respecter la vie à partir du moment de la conception jusqu’à celui de la mort naturelle. 

Vous devrez me rendre compte de la manière dont vous aurez mené votre vie et obéi à votre Père. J’attends de vous tous que vous montriez du respect envers moi, votre Père et votre Créateur. 
Et rappelez-vous :  vous me devez adoration et vénération.  Je ne suis pas un simple être humain : je suis votre Dieu, votre Père Tout-Puissant qui règne à jamais.  J’attends de vous amour, vénération et obéissance à mes Commandements, et je vous invite à croire en mon Fils Jésus et à le suivre.  Je vous bénis et je vous aime. »


Dans sa grande providence, il prend soin de chaque personne et pourvoit à tous ses besoins. 

Message de Dieu au Père Melvin Doucette
Message du 3 juin 2007
 

Que la bénédiction de Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit descende sur vous.
Ma demi-heure de prière contemplative s’est passée en compagnie de Jésus, et voici ce qu’il m’a dit :

« Melvin, mon frère, toi qui partages mon sacerdoce, je t’aime.  Je bénis tous mes fils et toutes mes filles qui vivent dans tous les pays du monde.  L’Église célèbre aujourd’hui la fête de la Sainte Trinité, grand mystère du Dieu unique en trois Personnes divines.  En Dieu il y a le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

« Dans le Dieu unique il y a Dieu le Père, qui est le Créateur du ciel et de la terre. 
Il a créé l’univers tout entier par sa grande puissance.  Il est également le Créateur de tout être humain et c’est par amour qu’il a créé chacun d’eux. Il
maintient sa création dans l’existence à chaque instant. 

Dans sa grande providence, il prend soin de chaque personne et pourvoit à tous ses besoins. Toute personne lui doit respect, amour et adoration.

« Dans le Dieu unique il y a le Fils égal au Père et image parfaite du Père. 
Je suis Dieu le Fils, venu sur la terre à la demande de mon Père afin de vous sauver tous.  Je suis né de la Vierge Marie et j’ai vécu parmi vous en tant qu’homme.  J’ai pris sur moi tous vos péchés et j’en ai payé le prix par mes souffrances et ma mort sur la croix.  Je suis ressuscité d’entre les morts comme votre Seigneur et Sauveur et je siège à la droite du Père, d’où je gouverne l’univers entier.  Je suis celui qui a révélé les vérités de la Sainte Trinité aux apôtres et au monde.

« Dans le Dieu unique il y a le Saint-Esprit envoyé par le Père et par moi, son Fils, sur le monde à la Pentecôte. 
Il est le Sanctificateur qui vient sur les croyants pour les éclairer et les fortifier dans leur marche après moi, leur Sauveur.  C’est dans le Saint-Esprit que chaque personne reçoit les dons merveilleux de l’Esprit et devient sainte. 
En cette grande fête, le Père et moi envoyons sur chacun de vous, mes amis, l’Esprit Saint pour vous renouveler et vous donner un accroissement de tous les dons.  Nous, les Trois Personnes en Dieu, nous vous aimons et nous vous bénissons en ce jour où vous célébrez cette fête. »


Mon premier « accouchement » fut celui de l’Univers qui était en Dieu, comme tout d’ailleurs.

Message du ciel à JNSR - 13 Avril 2007

JÉSUS Christ, vous parle

JNSR : Seigneur, mon Amour de toujours, qui suis-je pour que Tu me donnes tout cela ?

JÉSUS : Écoute-Moi. Tu as tout en toi et Je t’ouvre à Ma Parole comme on ouvre un coffre de trésors trouvé dans la cale des antiques souvenirs. Ces trésors n’ont pas de prix. Je veux les distribuer en premier à ceux qui vont les apprécier à leur juste valeur.

Il est temps que tu Me découvres, que tu te découvres, que tous Me découvrent : aidés ou inspirés, ils seront tous relevés de cette confusion.

Personne ne pourra se juger innocent en disant « qu’il ne le savait pas », car chacun devra prendre rang et s’avancer vers Moi. J’appelle un par un ceux à qui J’attribue les premières places et ensuite vous suivrez. D’où vous êtes, vous serez à même de Me suivre avec le rang que Je vous attribue. Soyez sages, ne vous précipitez pas. Écoutez ce que dit la Parole :

A l’origine de votre Histoire était Dieu. Mais l’Éternel a toujours été là car Il n’a ni commencement ni fin. Il est l’Immensité, l’Infini, le non Créé.
En Lui, Son Fils Unique et Son Esprit Saint vivaient et vivent. C’est le même Dieu. C’est par Son Verbe que Dieu parlait et c’est Son Fils, qui est en Lui, qui descendit de chez Son Père pour devenir le Dieu Incarné. On Lui donna le Nom de JÉSUS Christ, YHShWH. Vraiment, Dieu reste Un en additionnant les Trois Personnes qui EST Dieu Éternel, le Père, le Fils et l’Esprit Saint.


Ne faites pas de quelque chose de réel un Mystère. Dans cette Nuée où était Dieu, vivaient également le Fils Unique et l’Esprit Saint : Un seul Dieu en trois Personnes. Tout était Nuée car tout vivait dans cette Nuée avant de naître au Monde. Dans cette Nuée Infinie était Dieu.

Le PÈRE vous dit : Je SUIS dans cette Nuée Éternelle qui recouvre tout,  qui contient tout, qui renferme tout. Les premiers occupants sont ceux qui forment ce Dieu d’Amour qui est Père, qui est Fils, qui est Esprit Saint. Dieu est Unique en Trois Personnes.

Il va Se montrer à Moïse. Il va lui parler.

Il va lui inspirer Ses Commandements par Son Esprit Saint.

Mais le Père et le Fils envoient l’Esprit Saint qui Les précède toujours. Car l’Esprit Saint, qui est Seigneur et qui donne la Vie, procède du Père et du Fils.
Le Père Éternel contenait en Lui Ses Trois Personnes Saintes ainsi que tout l’Univers avec toute Sa Création complète. Lorsque vous parlez du NÉANT, comprenez que Dieu est un Tout qui a Tout en Lui. Le néant existe lorsque Dieu S’écarte.

Mon premier « accouchement » fut celui de l’Univers qui était en Dieu, comme tout d’ailleurs. Toute Ma Création a eu son heure de Gloire : elle a connu Son Créateur qui l’a mise au monde. Elle est sortie, comme tout chose créée, du Sein de son Créateur.

Toute Ma Création se souvient et se souviendra de Moi qui suis Père et Mère à la fois.
Expulser hors de soi un enfant à naître sur la Terre, ne lui donne pas le droit d’oublier son Créateur et Père, et ses parents que Dieu a choisis pour cette naissance. Car tous et tout viennent de Dieu. Amen

Le ciel avec toute sa parure étoilée, le soleil, la lune, les planètes, la Terre habillée de verdure, les mers avec leur sable ou les rochers en forme de dentelles, sont autant de créatures à qui J’ai donné Vie, nées de l’Unique Créateur à qui elles doivent Amour et Respect parce que Dieu est Amour et Pardon. Tout, tous, jusqu’à la première petite pâquerette, sont sortis de la Nuée où Se trouvait Dieu.

Et vous, Mes enfants, vous êtes prêts à recevoir aujourd’hui le Don merveilleux de Dieu : celui de ressembler à votre modèle, le Fils Unique de Dieu. Votre vie de la Terre est comme la marche harassante de Moïse avec le Peuple de Dieu dans le Désert vers la Terre Promise. Après avoir goûté les fruits du chemin, bons ou mauvais, après vous avoir laissé libres de rejeter ou d’avaler tous ces fruits amers gonflés de plaisir et d’orgueil, Je vous invite à n’accepter que ceux qui peuvent nourrir votre corps et votre âme.

Il est arrivé le temps de notre Rencontre.

C’est le temps que J’ai choisi où l’homme est invité à devenir Saint pour vivre la vie pour laquelle il est né. Homme né, comme toute chose en ce monde née de Dieu par la Grâce de Dieu et pour la Gloire de Dieu, tu vas connaître ton Créateur. Prépare-toi à cette Rencontre. C’est en toi que Dieu désire Se voir comme dans un miroir. Tu es Mon enfant, Je suis ton Père.

JÉSUS :  Tu peux Me rencontrer n’importe où en ce Temps de la dernière Tourmente,
ce Temps qui est aussi celui de la Grâce. Je ne suis pas le Voyageur arrêté dans ta ville pour y séjourner longuement. Je suis là, ou ailleurs. Mais tous les yeux Me verront le Grand Jour de Mon Appel. Je descendrai de chez Mon Père. Tout œil Me verra.                                       


JÉSUS Christ,le Maître de l’Histoire du Monde † Amen


Comme Dieu le veut

Message du ciel à JNSR - 29 Décembre 2006 - St Thomas

Le Père Éternel : Alors, vous ne croyez pas encore que ce Miracle, Je le ferai ! Cette Paix, qui du Ciel descendra, est le Cadeau immense que Dieu fera à la Terre pour lui dire que le Père ne met aucune limite au Don qu’IL va faire par le Retour Glorieux de Son Divin Fils sur Sa Terre.

Tout ce qu’Il Me demandera, Je le lui accorderai.

Il est pour Moi Mon Cœur en action. Le père donne tout ce qu’Il possède à Son Fils Bien-Aimé. Il est Celui qui, de Mon Être est sorti pour S’unir à Ma Vie. Éternel, il l’est, comme Je le suis.

De Lui J’attends sans attendre car Il M’a déjà entendu et compris.
Ce que Je veux, Il le veut aussi.
Et ce qu’Il Me dit, Je le lui ai déjà dit.
Car en toute chose on s’est déjà compris.

Il est en Moi comme en Lui Je le suis.
Son Amour vient de Moi, comme Je l’ai déjà de Lui.

En toute chose nous sommes réunis car toutes choses viennent de Moi et de Lui.
Cette paix attendue sortira de Son Divin cœur car s’Il désire de Sa Terre le Bonheur,
Je SUIS avec Mon Fils et l’Esprit de Sainteté
pour désirer également cette Paix.
Mon enfant, si tu demeures encore ici, c’est que ton Dieu, dans Sa Bonté, fera de toi ce qui doit être fait :

Une Messagère de Sa Parole pour la Paix

comme Dieu le veut ainsi qu’avec tous ceux qui consentiront à Me suivre, faire de chaque enfant de chair un pur esprit, car Dieu est Esprit.
Alors la Paix régnera car à Dieu tout enfant reviendra, comme il se doit et comme Dieu le veut

Dieu, l’Éternel dans la Sainte Trinité d’Amour.

Mon Amour est si grand !

Message du ciel à JNSR - 1er Janvier 2007

JÉSUS : Mon enfant, tu es partie à la recherche de toi-même et même si tu t’es vue dédoublée, tu es restée une, toi l’enfant que J’appelle à M’écouter. Étant présente ici-bas, tu l’es aussi dans Mon Éternel Présent où peuvent aller les âmes que J’appelle à Me suivre, puisque Je SUIS cet Éternel Présent, Créatif et Éternel.

Mon Père, dont la Bonté est Infinie, vous appelle à Me demander tout ce que vous désirez pour avancer vers Moi. Cherchez et vous trouverez, car Je vous aiderai comme J’aide Mes enfants déjà parvenus dans le sein du Royaume de Dieu.

JNSR : Seigneur, viens ! Toi Seul peut nous apporter la véritable notion de la Paix et de l’Amour pour que nous soyons tous réunis en Toi.

L’Infiniment Grand doit se concentrer pour entrer dans l’infiniment petit. Mais c’est facile pour l’enfant qui est arrivé à Me vouloir sans même comprendre que Mon Amour est plus immense que tous les océans qui recouvrent votre Terre, plus immense que tous les déserts de votre planète, plus colossalement dense que tout l’Univers.

Vous ne pouvez comprendre que même l’Infini, Je le tiens dans Ma main.

Je suis cette Puissance qui a formé toutes les puissances de l’Univers. Peux-tu voir là ma Magnanimité ? Peux-tu comprendre, Mon enfant, que lorsque Je viens à toi, il y a tant d’Amour que Ton Dieu Éternel pourrait être jaloux de ta petitesse qui croit en Moi, qui M’appelle, qui M’invite à venir en elle.

Tu es devant l’Infini Amour pour Me donner ta petite parcelle d’Amour

et Je suis submergé par cette petite étincelle que tu Me donnes, Moi qui t’ai donné Mon Amour immensément hors de vos mesures humaines.
En ce moment, si Je laissais tomber sur toi le poids de Mon Amour, Ma tendre petite, tu en serais plus que pulvérisée. Tu vois qu’avec cette Force d’Amour, Je peux à l’instant vous donner la Paix.

Mais que serait cette Paix si mal acquise ? Car votre Liberté doit venir à bout de ce manque d’Amour que le Diable a semé. Cette mauvaise semence est née de votre haine raciale, haine entre frères.

Dieu est venu dans Son Jardin pour cueillir toutes semences de fleurs différentes et les a jetées sur votre Terre : ainsi, chacun de vous a un parfum différent et complémentaire. Mais l’Ennemi a empoisonné la terre qui les a empêché de s’épanouir dans le bien. Et dans certaines parties de votre Terre, les hommes sont encore sous l’influence du Maudit. L’antidote, Dieu Seul le possède.

Mais celui qui aura été mordu par le Mal, lorsqu’il aura la possibilité de s’en rendre compte, Je l’en délivrerai s’il Me le demande, sinon Je le laisserai aller vers le père qu’il aura choisi, vers le père du Mensonge.

Tu Me demandes : « Comment peut-il avoir la possibilité de s’en rendre compte ? » Parce que son Créateur l’en avertira : Dieu avertit toujours avant.

Je reviendrai, Je te l’ai déjà dit. Avant même Ma Venue, vos esprits seront à même d’en savoir la date, car le dernier de Mes enfants sera converti à Mon Unique et Merveilleux Amour.

OUI, Je vous aiderai à avancer Mon Jour. Comme pour un vote, Je compterai les voix de tous les cœurs qui M’appellent. Et lorsque le nombre que Je Me suis fixé sera atteint, Je vous dirai :

« Et voici que Je viens. »

Oui, Seigneur JÉSUS, hâte le Jour de Ton Retour !

Et voici que Je viens. Amen


C’est par ma volonté que vous continuez même d’exister

Message du Seigneur donnés à John Leary (USA) - Jeudi le 7 décembre 2006 (St-Ambroise)

Jésus dit :« Mon peuple, je vous ai dit à plusieurs reprises que vous n’êtes rien sans ma présence. C’est par ma volonté que vous continuez même d’exister. 

Vous faites tous parties de ma création et j’appelle toutes mes créatures à me rendre louange et adoration dans l’amour. Je donne à chacun de vous le libre arbitre de m’aimer et je ne m’impose pas à vous. 

Cependant, vous serez tenus responsables de vos actions lorsque je demanderai à chacun de vous de croire en moi et de construire la maison de votre âme sur le Roc de mon Église. 

Je suis la pierre d’angle de mon Église et j’ai construit mon Église sur le Roc de St-Pierre et les papes successeurs. Ne bâtissez pas votre maison sur le sable des choses de ce monde qui disparaîtront en rien avec le temps. 
Croyez-moi et suivez les dirigeants de mon Église dans l’obéissance en témoignage de votre amour pour moi. »


Je suis l’Auteur de la vie

Message du Seigneur donnés à John Leary (USA)
- Jeudi le 23 novembre 2006 (Jour de l’Action de Grâce aux E.U.)

Jésus :« Mon peuple, tous les saints et les anges du ciel chantent mes louanges et me rendent continuellement grâce. Mon peuple sur terre devrait aussi me louer et me rendre grâce à chaque jour pour tout ce qui vous a été donné. 
Je suis l’Auteur de la vie, l’Auteur de tous vos aliments et de tout le reste dans votre vie. 

Vous pouvez utiliser des choses et ne même pas réaliser comment tout cela est originaire de mes créations. 

L’homme doit même éviter d’abuser de mes créations parce qu’il détruit l’équilibre de ma nature. Lorsque vous partagerez le dîner d’Action de Grâce, soyez reconnaissants pour toutes les vies dans votre famille qui sont des dons pour vous. Plus vous pensez à toutes les manières où je suis impliqué dans votre vie, plus vous pouvez me remercier et m’adorer pour être votre Dieu aimant. »


Mon Royaume s’étend dans tout l’univers

Message du Seigneur donnés à John Leary (USA)
- Dimanche le 26 novembre 2006 (fête du Christ Roi)

Jésus : « Mon peuple, je ne suis pas qu’un roi assis sur mon trône au ciel, mais mon Royaume s’étend dans tout l’univers.
 

Dans l’Évangile d’aujourd’hui, j’ai dit que mon Royaume n’était pas de ce monde mais au-delà du monde. 
En d’autres mots, je n’étais pas limité qu’à n’être qu’un roi de la terre.  Dans d’autres passages de l’Écriture, j’ai dit à mes apôtres que le Royaume de Dieu était proche et même de sortir pour prêcher ma royauté sur toutes choses. 

Quand vous parlez du Dieu Tout Puissant, cela veut dire qu’il n’y a rien ni personne de plus fort que moi.  Vous reconnaissez ma miséricorde dans le pardon, mais vous êtes aussi conscients de ma justice par la purification au purgatoire et l’éternel châtiment dans les flammes de l’enfer. 

Vous avez le libre arbitre, mais vous devez également être debout en jugement pour rendre compte de tout votre temps et vos actions sur la terre. J’ai établi des commandements et des règles de conduite qui sont obéis dans toute la nature et ce n’est pas différent pour l’homme. 

Tous mes anges ont été créés pour me servir et ils ont également leur libre volonté. 
Ces anges qui ont choisi de m’obéir sont avec moi au ciel, mais le reste souffrent en enfer avec leur beauté et certains de leurs pouvoirs enlevés à cause de leur péché d’orgueil. 

Les hommes sont aussi appelés à m’obéir afin que mes fidèles soient sauvés au ciel, tandis que le reste souffrira avec les anges mauvais en enfer pour ne pas me servir. 
Tous ceux qui croient en moi, me rendent constamment louanges et adoration sur terre tout comme mes saints et mes anges le font au ciel.  Vous avez plusieurs figures d’autorité sur terre, mais la seule autorité spirituelle qui est en contrôle sur toutes choses sur terre et aux cieux. »



Je suis l’Amour lui-même

Message du Seigneur donnés à John Leary (USA)
- Dimanche le 12 novembre 

Jésus : « Mon peuple, cette vision d’une tente avec plusieurs rideaux est un signe de l’Arche d’Alliance qui contenait les dix commandements.  Le Saint Sacrement situé dans le milieu, est un signe de ma Nouvelle Alliance où je me suis donné moi-même à vous dans mon Eucharistie. 

Dans mon hostie consacrée je serai avec vous dans ma présence réelle, même jusqu’à la fin des temps.  Je suis toujours présent à vous dans la sainte communion et dans mon ostensoir d’adoration. Je vous ai donné ma vie même dans ma crucifixion afin que mon sang enlève tous vos péchés. 

L’homme ne peut pas montrer un amour plus grand que celui de donner sa vie pour tous ses amis. 
Je suis l’Amour lui-même et je veux partager mon amour inconditionnel avec tous les hommes.  Je prie pour que beaucoup d’âmes en viennent à se convertir en me connaissant, m’aimant et me servant. 

Vous pouvez me rendre louange et adoration à chaque moment que vous passez avec moi dans chacune des visites faites à mon Saint Sacrement. De la même manière que vous m’aimez, je veux que vous aimiez votre prochain comme vous-même. 

Tous ceux qui partagent cette Alliance de mon amour, auront la récompense éternelle avec moi.  Vous ne pouvez venir au ciel que par moi.  Ceux qui mangent mon pain et boivent mon sang auront la vie éternelle. Continuez de vous aimer les uns les autres comme je vous aime. »


Je suis la Résurrection et la Vie

Message du Seigneur donnés à John Leary (USA)
- Lundi le 13 novembre 2006 (Carmen morte d’un cancer) 

Jésus : « Mon peuple, cette vision de la Sainte Trinité est une grâce pour voir où vous êtes attirés pour nous adorer. C’est la Lumière de ma résurrection qui consume la noirceur de tout péché.  Vous vous rappelez que lorsque j’ai ressuscité Lazare, j’ai dit à mes disciples que je suis la Résurrection et la Vie. (Jn 11 :25-26) 

Je vous ai donné un exemple de comment tous mes fidèles seront aussi un jour ressuscités au ciel. Même si cette famille est attristée de la perte de Carmen, elle a la promesse du salut éternel. La mort n’a désormais plus d’effet sur moi et le péché et la mort ont été vaincus par ma mort sur la croix. Même s’il y a de la peine dans la mort, il y a aussi de la joie dans la nouvelle vie que vous avez dans la foi. 

Vos gens sont aussi ici pour consoler la famille, mais également pour lui donner confiance en cette nouvelle vie pour Carmen.  Je vous aime tous mes enfants, et vous louez Dieu en témoignant de ce merveilleux miracle de ma croix lumineuse.  Remerciez la famille de vous avoir permis de partager ce cadeau de la croix lumineuse qui lui a été donné. »


Quand vous me connaîtrez vraiment, nous formerons un partenariat

Paroles de Jésus livrées à Christopher
Le 17 novembre 2006.

J’étais en prière pendant que je travaillais et j’ai dit au Seigneur que j’étais disponible s’il voulait que j’écrive pour lui.  J’en entendu :  « Assieds-toi et attends »  Ce que j’ai fait mais pas longtemps. 

« Aucun fruit n’est produit par une recherche qui ne mène nulle part.  Me rechercher c’est terminé.  La destination reste à voir.  La recherche pour me connaître ainsi que mes chemins ne se termine jamais une fois qu’on me trouve…le lieu secret où j’habite dans chaque cœur a été conquis…la porte ouverte. 

La recherche mène à plusieurs sentier variés et plusieurs de ces sentiers tournent très loin du véritable et étroit sentier…quoique tous ceux-ci aboutiront à un seul sentier en dépit de quelle distance ils tournent à gauche ou à droite. 

Le banc du jugement siège au ciel dans une cour qui ne légifère pas comme les hommes. 
C’est impossible de peser comment chaque homme et femme seront jugés, car aucun homme ou femme ne connaît le cœur d’un autre ni ne connaît le cœur qui bat à l’intérieur de lui-même (d’elle-même) comme il (elle) le croit.
 

J’agonise sur de nombreux cœurs qui sont mis à nu uniquement pour être recouverts à nouveau d’une couverture de mondanité et de confusion. 

Il y a beaucoup de groupes en église qui proclament mon nom.  À l’intérieur de ces groupes il y a des cœurs qui sont ouverts et des cœurs qui sont entièrement cachés.  Tous cherchent quelque chose…quelques-uns me cherchent. 

C’est dans le fait de prendre ma croix que mes gens restent indécis car ils sont faibles et ne comprennent pas encore que tout doit m’être donné. 
Je suis le « Grand Aidant » et j’attends que mes enfants viennent à moi totalement…d’esprit, de corps et d’âme…c’est ce que j’ai donné pour vous tous.  J’ai donné tout ce que j’avais pour vous. 

Vous m’avez trouvé…cherchez à me connaître.  Donnez tout ce que vous avez par amour pour moi et pour votre salut éternel.  Quand vous me connaîtrez vraiment, nous formerons un partenariat et vous serez volontiers mon reflet sur terre et vous sortirez mes gens de leurs rêves…dévoilant un cœur à la fois. »

« Jésus »



Rien n'est inconnu à Dieu

Extrait du livre "Maria Valtorta - Leçon sur l'épitre de Saint Paul aux romains" (page 225)


C'est l'Esprit Saint qui parle.


(...) Dieu a mis l'homme à l'épreuve pour le confirmer en Grâce.
Cette confirmation profitera à ceux qui auront su vivre seIon justice, même après une ou plusieurs chutes temporaires, purifiés par leur repentir sincère et leur amour ardent.

Pour les anges rebelles (dont la nature angélique était supérieure à celle des humains, comme il est dit à propos du Christ: "Tu l'as fait seulement un peu inférieur aux anges"), il n'y a eu ni promesse de pardon de la part de Dieu, ni présence permanente en eux de ce qui aurait pu les faire revenir à leur première condition de bonheur, c'est-à-dire d'une contrition par-faite et d'un amour parfait.

L'homme, au contraire, a pu bénéficier non seulement de tout cela, mais aussi des voix des Patriarches et des Prophètes qui ont confirmé à plusieurs re-prises la promesse d'un Rédempteur, telle que rapporté dans le Proto-évangile.

Il a pu compter aussi sur les révélations et les manifestations à travers lesquelles Dieu lui-même s'est manifesté aux Patriarches, à Moïse - libérateur et législateur du peuple hébreux, - à Josué, aux prophètes.
Tout cela a été couronné par le prodige du don du Fils de Dieu, de son enseignement et de son immolation.

La prédestination à la Grâce n'a jamais été supprimée par Dieu. Jamais. Dieu ne dévie pas de sa volonté. Dieu n'est pas inconstant dans ses volontés.

Ce qu'il a voulu, il le veut pour toujours quant à lui. Toujours. Par conséquent, Dieu n'a pas agi "en espérant", comme on écrit incorrectement, mais "en sachant". Rien n'est inconnu à Dieu.

Donc, le mot "espérer" ne peut lui être appliqué. L'espoir est pour ceux qui ne connaissent pas le futur de tout et de tous. Pas pour Dieu. Il n'y a rien que Dieu ne connaisse depuis l'Eternité. Dieu connaît tout, y compris le destin des individus et celui des collectivités.

Vous devez donc dire et croire que Dieu a voulu soumettre sa création à l'épreuve, et pour ce faire il a pris la créature la plus parfaite, sachant fort bien que cette créature commettrait un péché d'orgueil et de rébellion à cause de sa vanité de vouloir être comme Dieu.

Mais Dieu a agi de cette façon pour lui donner l'incommensurable mesure de son amour pour les humains. Avant la création de l'homme, et donc avant l'épreuve, Dieu avait déjà établi le Moyen par lequel l'homme serait d'abord libéré de l'esclavage de la corruption, et ensuite réjoui de la liberté glorieuse des enfants de Dieu, pour enfin toucher sa part d'héritage dans le Royaume céleste.

Par conséquent, Dieu n'a pas voulu votre chute, ni votre faiblesse, ni votre ruine. Il vous a créés pour se donner un peuple de fils. Et sachant que vous n'aurez pas persisté dans la Grâce, il a prédisposé, avant même de vous créer, le Moyen le plus saint et puissant qui soit pour que vous soyez sauvés et que vous receviez votre part dans son Royaume.

Ici aussi on peut dire que la Charité infinie et insatiable que Dieu a pour les hommes, ses fils d'adoption, resplendit en toute sa vérité». (...)



Je suis moi-même le fournisseur de ta force

Message de Jésus livré à Christopher - Le 30 août 2006.


« Tu dis que tu comptes sur ta foi pour traverser les périodes difficiles de ta vie et il en est ainsi.  Je suis le donateur de la foi et donc, je suis moi-même le fournisseur de ta force.  Tu dois avancer jour après jour, parfois joyeusement et parfois à travers la tragédie. 

Telle est votre vie sur cette terre.  Les sommets et les vallées font parties du grand plan.  Les vallées vous renforcissent et les sommets vous rafraîchissent pour mieux accomplir mon œuvre à travers vous. 

Un véritable ami ne fait pas que rire avec vous quand vous êtes remplis de joie, mais il s’assoit aussi silencieusement avec vous et vous tient la main dans les périodes de douleurs.  Je suis votre véritable ami. 
Que nous riions ensemble ou pleurions ensemble, je suis vrai envers vous. 

Ne vous détournez pas de moi dans vos peines, prenez ma main et nous nous assoirons ensemble pendant que votre âme récupère.  Je vous aime tous.


Jésus, votre véritable ami. »



Voici les 10 Attributs de Dieu

Les 10 Attributs de Dieu : Message du ciel à JNSR - 24 Août 2005 - St Barthélémy


JNSR : Seigneur, que devons-nous faire maintenant en priorité ?

L’Éternel : Réfléchissez : le temps presse et la majorité ne s’est pas encore convertie.

Et voici que Je viens. Amen, viens Seigneur JÉSUS.

Dieu est Juste. Dieu vous aime. Comment concilier Sa Miséricorde et Sa Sainte Justice ? Sa Justice sera aussi bienfaisante que Sa Miséricorde.
Ce que vous voyez dans chaque Pays est intolérable pour l’être humain. Mais Je vous le redis encore : Dieu ne contrarie jamais l’un de Ses Attributs aux dépens d’un autre.

Voici les 10 Attributs de Dieu :

Dieu est Souverain.
Dieu est d’une Moralité parfaite.
Dieu est Juste.
Dieu est Amour.
Dieu est Vie Éternelle.
Dieu est Omniscient : Dieu possède toutes les connaissances.
Dieu est Omniprésent, infiniment et partout présent.
Dieu est Omnipotent : Dieu est Tout-Puissant.
Dieu est Immuable : jamais de changement dans la Nature de Dieu ou dans Ses Attributs
Dieu est Vérité : il n’y en a qu’une.


Dieu est en même temps Amour et Justice, Omniscient et Omniprésent. Ainsi marche l’Harmonie de l’Univers, mais vous avez tout déstabilisé.

Pour retrouver l’Harmonie de l’Univers, Je dois user de tous Mes Attributs. Je vous ai laissé le temps de la Réconciliation et vous n’en avez pas profité pour vous réconcilier avec votre Père Créateur.
Vous savez déjà ce qui arriva à Sodome et Gomorrhe à cause de leurs habitants infidèles et immoraux. D’après vous, fallait-il que Je passe sans la voir cette contradiction à Ma Moralité en premier et, de par cet Attribut, tous les autres en même temps ?

Et voici que votre temps se permet de narguer Dieu en méprisant, l’une après l’autre, les parties constituantes de Mon Caractère Saint !

Et voici la Fin des Temps de la révolte contre Dieu : J’ai dit : « ça suffit ! »

Et voici que Je vais reconstruire ce que l’Orgueil humain s’est permis de détruire en luttant contre Dieu.

Je vous accorderai, encore une fois, une faveur le temps d’une Prière qui doit se répandre dans le monde. Vous terminerez le travail en cours jusqu’à-ce que Je vous indique d’arrêter.

Et suivez-Moi dans la Prière de l’apôtre.

Dieu L’Éternel








-