Retour à la page des mises à jour   -    Index   Index par thèmes    -   Retour à la page d'accueil apparitionsmariales.org
Jésus, Marie, Joseph et leur époque,
il y a 2000 ans

Lire aussi le chapitres : Gamaliel l'Ancien  Jésus avec les Docteurs au Temple  Saint Jean Baptiste 
-------------------------------------------------------------
 
Jésus   Jésus mort sur la Croix   Jésus et la religion juive  Jésus vrai Messie  Jésus face aux responsables juifs  
-------------------------------------------------------------
Le Temple de Jérusalem  Description des personnages biblique  Le grand Pan

« Si vous aviez été là à ce procès, quelle aurait été votre réaction? M’auriez-vous condamné vous aussi?

Message de Jésus donné au Père Melvin Doucette (Canada) - Jeudi 22 novembre 2012

Lecture tirée de l’Évangile de saint Marc (14.53-65) : Ils emmenèrent Jésus chez le grand-prêtre, où s'assemblèrent tous les chefs des prêtres, les anciens et les maîtres de la loi. Pierre suivit Jésus de loin, et il entra dans la cour de la maison du grand-prêtre. Là, il s'assit avec les gardes et il se chauffait près du feu.


Les chefs des prêtres et tout le Conseil supérieur cherchaient une accusation contre Jésus pour le condamner à mort, mais ils n'en trouvaient pas. Beaucoup de gens, en effet, portaient de fausses accusations contre Jésus, mais ils se contredisaient entre eux. Quelques-uns se levèrent alors et portèrent cette fausse accusation contre lui : « Nous l'avons entendu dire : "Je détruirai ce temple construit par les hommes, et en trois jours j'en bâtirai un autre qui ne sera pas une œuvre humaine." » Mais même sur ce point-là ils se contredisaient. Le grand-prêtre se leva alors dans l'assemblée et interrogea Jésus : « Ne réponds-tu rien à ce que ces gens disent contre toi? » Mais Jésus se taisait, il ne répondait rien. Le grand-prêtre l'interrogea de nouveau : « Es-tu le Messie, le Fils du Dieu auquel vont nos louanges? » Jésus répondit : « Oui, je le suis, et vous verrez tous le Fils de l'homme siégeant à la droite du Dieu puissant; vous le verrez aussi venir parmi les nuages du ciel. »


Alors le grand-prêtre déchira ses vêtements et dit : « Nous n'avons plus besoin de témoins! Vous avez entendu cette insulte faite à Dieu. Qu'en pensez-vous? » Tous déclarèrent qu'il était coupable et qu'il méritait la mort. Quelques-uns d'entre eux se mirent à cracher sur Jésus, ils lui couvrirent le visage, le frappèrent à coups de poing et lui dirent : «Devine qui t'a fait cela! » Et les gardes prirent Jésus et lui donnèrent des gifles.


Vous trouverez ci-dessous le message que notre cher Seigneur et Sauveur a donné au Père Melvin. Jésus lui a parlé en ces termes :


« Je vous aime, toi mon frère Melvin et vous tous mes frères et mes sœurs qui vivez sur la face de la terre. En lisant le récit de ma Passion, vous voyez quel traitement m’ont réservé les chefs des Hébreux. D’abord ils m’accusèrent de toutes sortes de faussetés, et à la fin le grand-prêtre me posa cette question : "Es-tu le Messie, le Fils du Dieu béni?" Je lui répondis la vérité, qu’ils verraient le Fils de l’homme siégeant à la droite du Dieu puissant, et qu’ils le verraient venir au milieu des nuages du ciel.


 En entendant cela, le grand-prêtre me condamna, et tous les gens qui étaient là firent de même. Ils crachaient sur moi, me frappaient alors que j’avais les yeux bandés, et les gardes me giflaient pour m’humilier.


« Si vous aviez été là à ce procès, quelle aurait été votre réaction? M’auriez-vous condamné vous aussi? Beaucoup de gens d’aujourd’hui auraient fait exactement comme ceux qui étaient présents à mon procès. J’ai pardonné à ces gens, et je vous demande à tous de prier pour eux. »


Traduction : RF




A l'époque où Joseph est parti, Mon fils bien-aimé, Jésus, avait seulement 27 ans.
Jésus s’est efforcé de le remplacer au travail jusqu'à 30 ans. Pour ensuite se consacrer à sa mission publique.


Message de Notre Dame, Reine et Messagère du Seigneur, à Frère Eduardo Gomes Ferreira, reçu le 5 janvier 2011 à
São José dos Pinhais/PR, Brésil

F
ils bien-aimé, ce matin, Je veux, en tant que Reine et Messagère du Seigneur, te révéler quelques secrets.

Prêtez-y une attention particulière : toute personne qui a une profonde dévotion au Chaste Cœur de Saint-Joseph, ne se perdra pas à l’heure de la mort. A l'époque où Joseph est parti, Mon fils bien-aimé, Jésus, avait seulement 27 ans. Jésus s’est efforcé de le remplacer au travail jusqu'à 30 ans. Pour ensuite se consacrer à sa mission publique. (...)


Appelez-Moi dans la foi, et Je vous aiderai à résoudre vos problèmes

Messages de Jésus à John Leary (USA) à propos de la foi, reçus le samedi 17 avril 2010

Jésus : « Mon peuple, l'Evangile d'aujourd'hui, tiré de Saint Jean (Jn 6, 16-21), raconte Ma marche sur les eaux sous les yeux de Mes apôtres, mais le récit de ce miracle par Matthieu (Mt.14:22-33), est plus détaillé.

Autour de Mes apôtres [qui étaient] dans la barque, il y avait une tempête qui les remplissait de frayeur. Quand ils M'ont vu marcher sur l'eau, ils ont été frappés de crainte à cette vue, et même ils ont pensé que J'étais un fantôme.

Saint Pierre a tenu à Me saluer et en outre il est venu vers Moi en marchant sur l'eau, mais quand il vit les flots en tempête, il s’est effrayé et a commencé à s’enfoncer dans l'eau. À cet instant, il M'a demandé de le sauver et Je l’ai hissé dans la barque, et J’ai calmé la mer. Lorsque je fus sur le bateau, ils ont vraiment reconnu que J’étais le Fils de Dieu, puisqu’aucun homme ne peut marcher sur l'eau et calmer la mer.

Ce fut pour saint Pierre une leçon de foi lorsque Je lui demandais pourquoi il avait failli à sa foi alors qu’il commençait à couler.

Ainsi est-il avec Mes fidèles lorsque vous êtes au milieu de difficultés qui semblent impossibles à surmonter. Appelez-Moi dans la foi, et Je vous aiderai à résoudre vos problèmes, parce que rien n'est impossible pour Moi. »


Très humble, elle se considère comme une simple servante, tout en sachant qu’on la dirait bienheureuse pour toujours

Enseignement de Jésus à Joseph X transmis par le Père Melvin Doucette - 22 décembre 2008


Le cantique de Marie - Marie dit alors :
« De tout mon être je veux dire la grandeur du Seigneur, mon cœur est plein de joie à cause de Dieu, mon Sauveur; car il a bien voulu abaisser son regard sur moi, son humble servante.
Oui, dès maintenant et en tous les temps, les humains me diront bienheureuse, car Dieu le Tout-Puissant a fait pour moi des choses magnifiques.
Il est le Dieu saint, il est plein de bonté en tout temps pour ceux qui le respectent.
Il a montré son pouvoir en déployant sa force :
il a mis en déroute les hommes au cœur orgueilleux, il a renversé les rois de leurs trônes et il a placé les humbles au premier rang.
Il a comblé de biens ceux qui avaient faim, et il a renvoyé les riches les mains vides.
Il est venu en aide au peuple d’Israël, son serviteur : il n’a pas oublié de manifester sa bonté envers Abraham et ses descendants, pour toujours, comme il l’avait promis à nos ancêtres » (Luc 1.46-55).

Voici encore un message que Notre-Seigneur a adressé à Joseph. Jésus lui a parlé en ces termes :

« Lors de la visitation, des choses merveilleuses s’accomplirent quand Marie arriva chez sa cousine Élisabeth. C’est là que, remplie de joie, elle chanta son cantique sublime appelé le Magnificat. Marie exulte en Dieu son Sauveur et proclame sa grandeur. Très humble, elle se considère comme une simple servante, tout en sachant qu’on la dirait bienheureuse pour toujours. Dieu le Père fit de grandes choses pour elle en la choisissant pour être ma Mère. Le Père est miséricordieux envers les humbles et il chasse les orgueilleux. Il est toujours prêt à secourir son peuple d’Israël.

« Voilà un grand enseignement pour vous tous. Imitez votre sainte Mère dans sa foi, son amour et sa joie. Soyez toujours humbles devant le Père, et il vous comblera de nombreuses faveurs.
Offrez-vous totalement à lui, repentez-vous de toutes vos fautes, et il se montrera miséricordieux à votre égard. Je suis venu parmi vous à Noël pour vous manifester notre miséricorde et notre amour immenses. Ne tardez pas, venez et acceptez notre miséricorde, et nous habiterons dans votre cœur. »

Here is another message from Our Lord addressed to Joseph. Jesus spoke to him in these words, At the visitation of Her cousin Elizabeth and all the wonderful things that happened there as She arrived, She was filled with joy and She sang Her beautiful canticle, which is called the Magnificat. She exults in God, Her Savior, and She proclaims His greatness. She is very humble as She considers Herself a handmaid but She knows that She will be called blessed forever. God the Father has done great things for Her by choosing Her to be My Mother. The Father is merciful to the humble people but He will send away those filled with pride. He is always ready to help His people, Israel. This is a great teaching for all of you. Imitate your Blessed Mother in Her faith, Her love and in Her joy. Always be humble before the Father and He will fill you with many good things. Offer yourself totally to Him and repent of all your sins and He will show you mercy. I came among you at Christmas to show you our great mercy and love. Do not delay, come and accept our mercy and we will live in your heart.


Elle m’expliquait chaque Livre de la Bible, particulièrement les références qui impliquaient ma propre vie et ma mission pour le monde

Message de Jésus
par
l’entremise de Carol Ameche 1er janvier 2008 - Il s’agit d’un message personnel reçu par Carol Ameche lors de l’adoration 

« Ma très chère petite enfant, sois en paix à présent pour une visite ici en ma présence.  Moi, ton Jésus de Miséricorde, je t’ai donné ce soir la miséricorde.  C’est tellement une importante partie de ta guérison que tu t’assois tranquillement comme tu l’es, et que me laisse te vider des choses du monde et te remplir de mes dons et de ma force.
Tu es correcte, petite servante de la volonté de mon Père, et tous ceux qui me servent doivent être totalement dépendants de moi pour tous leurs besoins.  C’est ce que j’ai fait avec Marie et Joseph, alors que nous n’avions rien des biens du monde et habituellement très peu à manger. 
Bien sûr, le Père a fourni du maigre travail pour Joseph, qui a fourni un ameublement simple avec le bois qu’il était capable d’acheter. 
Nous n’avions rien d’extra, uniquement les besoins de chaque jour au dernier moment,
un agneau comme animal domestique et compagnon pour moi, quelques chèvres et une un rouet sur lequel ma Mère pouvait tisser du tissus pour nos plus simples vêtements. 
C’était toujours suffisant, même si nous avions souvent faim et que nous ne mangions qu’une fois par jour. 
Nous étions heureux et contents de la compagnie de chacun.  Pendant que je grandissais, j’ai appris à aider Joseph et j’ai toujours aidé ma Mère dans tout ce qu’elle demandait. 

Nous passions beaucoup de temps chaque jour dans la prière et la gratitude envers le Père, lisant les Écritures qui étaient aussi mon livre d’école que j’ai appris à lire sur les genoux de ma Mère. 
Elle m’expliquait chaque Livre de la Bible, particulièrement les références qui impliquaient ma propre vie et ma mission pour le monde.
  L’Esprit Saint, son Époux bien-aimé, était très présent dans ces paroles et dans son enseignement.  Nous discutions chaque passage et rendions grâce à notre Dieu Père pour notre période de chaque jour avec ces histoires sacrées qui nous enrichissaient du sens de la vie et qui nous donnaient une compréhension plus profonde de nos ancêtres, ainsi que de tout ce qui se déroulerait pour nous, donné à travers les prophètes.

(Note du webmaster : pour en savoir plus sur la Sainte Famille, il faut lire les écrits de la bien heureuse Anne-catherie Emmerich (1774-1824). Les parents de la Sainte Vierge étaient très porté sur les prophéties et savaient que leur fille (tant attendue) serait la mère du saveur, d'ou leur douleur de ne pas arrivé à avoir d'enfants).

Les jours étaient pleins du travail, de la prière et de la réflexion silencieuse également, méditant tout ce qui était expliqué et laissant ces paroles être le fondement et la formation de ma vie et un enrichissement supplémentaire pour Joseph et la très chère Marie, ma Mère. 
Nous avons appris à chanter des chants de louange au Père à chaque jour et plus tard, nous ajoutions nos propres paroles d’actions de grâce à ses mélodies.  Ma Mère était bonne envers les voisins, qui étaient souvent rudes envers nous, surtout à cause de l’énorme pauvreté dans laquelle nous vivions. 

Joseph fut brave face aux railleries de leur part parce qu’il passait moins de temps à travailler qu’il aurait dû, selon ce qu’ils pensaient, afin d’avoir plus de temps pour la prière et pour m’enseigner.  Lui aussi était bien instruit des paroles des Écritures, et ensemble, mes parents de la terre suivaient les incitations du Saint Esprit quant à la discipline et façons de faire aimantes avec moi. 

J’ai grandi rapidement en stature et en compréhension de ma mission spéciale face à la volonté du Père, et j’avais le plus profond, le plus tendre amour et obéissance pour ces deux parents terrestres qui m’avaient été donnés. 

À mesure que je grandissais, c’était la règle du jour de se parler avec le plus grand respect, veillant toujours aux besoins de la sainte Mère et elle pour nous.  Nous ne parlions jamais plus que le nécessaire.  Alors que j’avançais en sagesse et en âge, j’ai commencé à être plus pressé de commencer ma mission de proclamer le Royaume de mon Père et d’appeler tous au repentir prêché d’abord par mon cousin, Jean.  C’était le centre de nos vies et lorsque le cher Joseph nous fut enlevé par la mort, nous avons compris que ce moment était plus proche que jamais.  Il y avait toujours la paix la plus profonde dans la maison de cette petite famille.
 

Réfléchissez sur mes paroles, très chers qui lisez, et grandissez en stature avec moi et les paroles des Écritures sacrées, apprenant ce que vous voulez apprendre de vos propres vies, et ainsi parvenir à mieux me connaître par une connaissance plus intime de mes enseignements et de l’amour pour la volonté de mon Père envers moi et donc pour vous, qui vous ai laissé mes sacrements et mes dons pour vous aider à suivre le sentier que j’ai tracé en acceptant chaque évènement qui est apparu dans ma vie publique et mes sacrifices, et ultimement ma Passion et ma Mort et ma Résurrection des morts :  toutes mes paroles à tous mes disciples et fidèles. 

C’est votre vie aussi, ma très chère disciple ainsi que tous mes fidèles d’aujourd’hui, tout comme ce l’était pour moi durant mon temps sur la terre.  Je vous invite à une nouvelle sagesse et compréhension, à une nouvelle obéissance et fidélité à la volonté de notre Père et à tout ce qu’il vous appelle à être à travers ma vie en ces jours critiques dans l’histoire de votre salut. 

Je bénis chacun de vous au commencement de cette nouvelle année, en la glorieuse fête de la solennité donnée à Marie, maintenant « notre » Mère, selon le cédule des jours de fête dans le calendrier annuel de mon Église, la Sainte Église Catholique Romaine.  Amen, mes chéris.  Tout comme vous priez :  Viens Seigneur Jésus’, je vous dis :  ‘Venez et apprenez de moi, car je suis doux et humble de cœur!’ 

Petite, tu as bien fait d’accepter toutes mes paroles et tu es maintenant remplie du don de ma paix.  Merci d’avoir écouté mes paroles aujourd’hui.  Je suis ton Seigneur aimant. » 


Peu après la naissance de Jésus, Joseph et moi avons emmené l’Enfant Jésus au Temple de Jérusalem pour le présenter à Dieu

Message de Marie au
Père Melvin Doucette - 29 décembre 2007

Ce matin ma période de prière contemplative s’est déroulée en compagnie de notre bienheureuse Mère, qui m’a confié ceci :

Melvin, mon fils et l’ami de Jésus, je t’aime. J’intercède pour tous mes fils et toutes mes filles, en particulier ceux qui me reconnaissent comme leur Mère et ont une dévotion envers moi. Je veux que vous croyiez en mon Fils Jésus et que vous soyez ses disciples.

Peu après la naissance de Jésus, Joseph et moi avons emmené l’Enfant Jésus au Temple de Jérusalem pour le présenter à Dieu, comme le prescrit la loi des Juifs.
Ce jour-là, au Temple, se tenait un vieillard d’une grande sainteté appelé Siméon, qui attendait l’avènement du Messie dans le monde. Il reconnût le jeune enfant comme le Sauveur et fut rempli de joie en le tenant dans ses bras. Puis il se tourna vers moi, la Mère de Jésus, et m’adressa ces mots : Quant à toi, Marie, la douleur te transpercera l’âme comme une épée. J’ignorais la vraie portée de ces mots, mais je savais que j’aurais beaucoup à souffrir.

La pleine réalisation des paroles de Siméon arriva lors de la Passion et de la Mort de mon cher Fils. Je le rencontrai alors qu’il portait sa croix sur la Via Dolorosa à Jérusalem et je vis de mes yeux les souffrances qu’il avait éprouvé.

Je fus également présente au Calvaire, où on le suspendit à la croix jusqu’à ce qu’il meure dans d’atroces douleurs. C’est là, au pied de cette croix, que la prophétie de Siméon se réalisa totalement. Je souffris alors le martyre, là debout à prier avec lui pour le salut de tous les gens de la terre. Je savais qu’il devait endurer toutes ces douleurs jusqu’à la mort afin de payer le prix de vos péchés.

Venez, je vous conduirai à Jésus, mon Fils et votre Sauveur. Acceptez-le et croyez en lui de tout votre cœur. Repentez-vous et soyez son disciple. Je vous aime. »


Marthe…Marthe

Messages de Jésus donnés à John Leary (USA)  -  Dimanche le 22 juillet 2007 (Marthe…Marthe)

Jésus :« Mes amis, il y a deux grands commandements, et le premier et le plus grand c’est d’aimer votre Dieu de tout votre cœur, votre esprit, votre corps et votre âme.  Le deuxième c’est d’aimer votre prochain comme vous-même.  C’est pourquoi votre prière quotidienne et votre consécration sont si importantes pour me rendre louange et gloire à chaque jour. 

Depuis votre première formation dans la foi, il vous a été donné de me connaître, de m’aimer et de me servir.  Je dois être le premier dans votre vie en étant totalement fixés à faire ma volonté avant la vôtre. 
C’est difficile de surmonter la tendance humaine à vous placer vous-même comme  centre de votre monde.  Quand je suis arrivé à la maison de Marie et de Marthe, Marie a choisi la meilleure part en donnant toute l’attention à mes paroles. 

Marthe a choisi de suivre les traditions humaines d’hospitalité en donnant nourriture et confort pour moi et mes disciples.  C’est pourquoi ce récit est difficile à accepter pour certains, mais votre vie spirituelle doit venir avant vos traditions humaines. 


Même aujourd’hui, les gens sont si occupés par les distractions et préoccupations de ce monde qu’il ne leur reste que peu ou pas de temps pour moi dans la prière.  Votre destination éternelle devrait être plus importante que les conforts temporaires de cette vie qui sont partis le lendemain. 

Fixez votre objectif et votre centre d’intérêt sur moi en désirant être avec moi au ciel, et je vous dirigerai sur votre mission qui vous amènera au ciel.  Je suis mort pour vos péchés pour vous montrer combien je vous aime.  Vous pouvez m’aimer en retour en me rendant louange et honneur comme Marie m’a tenu compagnie. »


Certains m’accusent d’avoir épousé Marie-Madeleine

Message de Jésus au Père Melvin Doucette 1er août 2007


Tôt ce matin j’étais en prière avec Jésus, Notre-Seigneur, qui m’a adressé ces paroles :
       
Melvin, mon frère, je t’aime et je te bénis, toi ainsi que tous mes frères et toutes mes sœurs qui vivent dans chaque partie du monde. 
Je suis le Bon Berger qui prend soin de vous et vous nourrit chaque jour.  J’ai beaucoup de choses à vous enseigner, et comme je désire que vous soyez tout ouïe pour écouter ce que j’ai à vous dire.  Vous êtes souvent distraits par les multiples choses du monde, mais l’essentiel, c’est de vous centrer sur moi et de passer du temps avec moi.

Tant de gens dans le monde disent des faussetés contre moi.  Ils sont devenus mes ennemis et veulent détruire tout ce que je vous ai apporté. 

Certains m’accusent d’avoir épousé Marie-Madeleine, une pure invention qui ne peut venir que du malin. 

On m’accuse également d’homosexualité parce que j’ai choisi et je vivais avec 12 hommes qui sont devenus les apôtres.

Combien ont nié ma divinité en disant que j’étais un simple être humain comme tout le monde, et pourtant vous savez que je suis le Fils unique engendré par le Père.  Je suis votre Dieu très saint : jamais je n’ai commis un péché lorsque je vivais sur terre.


Mon plus grand désir, mes frères et mes sœurs, est que vous soyez saints en coopérant à la grâce que je vous ai méritée. 

Vous devez m’imiter, car je vous ai donné un bon exemple de la manière dont il faut vivre dans le monde. 


J’étais toujours en union avec mon Père par la prière et l’observation quotidienne de sa volonté. 

J’ai accueilli chaque personne comme mon frère ou ma sœur et je lui ai enseigné les vérités à connaître pour arriver au ciel. 


Rappelez-vous :  je suis votre ami qui ne vous abandonnera jamais.  Je vous aime de tout mon Cœur. »



Description de Jésus - Extrait des évangiles de Maria Valtorta (1897-1961) - Tome 1

Jésus à 1 an

56. ADORATION DES 3 MAGES


(...) Les trois Sages contemplent le Bébé.
Il me paraît avoir de neuf mois à un an tant il est éveillé et robuste.
Il repose sur le sein de sa Mère. Il sourit et jase avec une voix de petit oiseau.

Il est tout vêtu de blanc, comme la Maman, avec des sandalettes mi-nuscules aux pieds.

Un petit vêtement très simple: une tunicelle d'où sortent les petits pieds remuants, les mains grassouillettes qui voudraient tout saisir, et surtout le très joli petit visage où brillent les yeux d'azur foncé, et la bouche qui fait des fossettes des deux côtés quand il rit et découvre ses premières petites dents. Les petites boucles de cheveux semblent une poussière d'or tant ils sont brillants et vaporeux. (...)

Jésus à 5 ans


62. PREMIÈRE LEÇON DE TRAVAIL A JÉSUS


Je vois apparaître, doux comme un rayon de soleil en un jour de pluie,

mon Jésus, petit enfant de cinq ans environ tout blond
et charmant dans son simple habit bleu ciel qui descend à moitié de ses mollets grassouillets.
Il joue dans le petit jardin avec de la terre. Il en fait des petits tas et y plante des petites branches comme pour faire des bosquets en miniature; avec des cailloux il fait des chemins et puis, il voudrait faire un petit lac au pied de ces minuscules collines. Pour y arriver, il prend un fond de quelque plat qu'il enterre jusqu'au bord. Puis il le remplit d'eau avec un récipient qu'il plonge dans un bassin servant de lavoir ou pour l'arrosage du petit jardin. (...)

Jésus à 12 ans


66. LE DEPART DE NAZARETH POUR LA MAJORITÉ DE JESUS


Je vois Jésus entrer avec sa Maman dans la pièce - comment dire? - la salle à manger de Nazareth.

Jésus est
un bel enfant de douze ans, grand, bien formé, fort sans être gras. Il semble plus âgé qu'il ne l'est, à cause de sa complexion.
Il est déjà assez grand, pour atteindre l'épaule de sa Maman.
Il a encore le visage arrondi et rose de Jésus enfant, visage qui, par la suite avec la jeunesse et l'âge viril, s'amincira et prendra une couleur sans couleur, de certains albâtres délicats à peine teintés de jaune rose.

Les yeux, les yeux aussi sont encore des yeux d'enfant. De grands yeux, bien ouverts, avec une étincelle de gaieté dans le sérieux du regard. Plus tard, ils ne seront plus aussi grands ouverts... Les paupières les fermeront à demi, pour voiler la trop grande perver-sité du monde au Pur, au Saint.
Ce ne sera qu'au moment des miracles, qu'ils seront ouverts et étincelants, plus encore que maintenant... pour chasser les démons et la mort, pour guérir les maladies du corps et de l'âme. Ils n'auront plus désormais avec cette étincelle de gaieté mêlée au sérieux du regard... (...)


 68. LA DISCUSSION    DE JÉSUS AVEC LES DOCTEURS AU TEMPLE

Je vois Jésus.
C'est un adolescent. Vêtu d'une tunique qui me semble de lin blanc et lui descend jusqu'aux pieds. Il se drape par dessus dans une étoffe rectangulaire d'un rouge clair.

Il est tête nue avec des cheveux longs qui lui descendent à moitié des oreilles, plus foncés que lorsque je l'ai vu plus petit. C'est un garçon robuste, très grand pour son âge, mais dont le visage est vraiment enfantin.

Il me regarde et me sourit en me tendant les mains. Un sourire pourtant qui ressemble déjà à celui que je Lui vois adulte: doux et plutôt sérieux. Il est seul. Je ne vois rien d'autre en ce moment. Il est appuyé à un petit mur au-dessus d'une ruelle toute en montées et descentes, pierreuse avec au milieu un creux qui, par temps de pluie, se transforme en ruisseau. Pour l'heure il est à sec car la journée est belle. (...)

Lire le chapitre : Description des personnages bibliques

Messages du Ciel donnés à John Leary - Mardi le 3 avril 2007

Jésus : (...) Judas était poussé par l’avidité de l’argent et la recherche d’un messie politique.
Il a senti qu’il était trop indigne pour être pardonné et il s’est pendu.
St-Pierre m’a renié dans un moment d’orgueil et de peur pour sa vie. Plus tard, il a dit trois fois qu’il m’aimait, lorsqu’il a eu une chance de se repentir de ses reniements.
C’est une leçon que de voir le besoin d’aller chercher mon pardon de vos péchés, au lieu de se vautrer dans le désespoir et l’apitoiement.
Donc, venez dans ma Lumière et ma grâce dans mon baptême et la confession, pour que vos âmes puissent voir ma Lumière et être sauvées.

Messages du Ciel donnés à John Leary - Mardi le 10 avril 2007

Jésus : « Mon peuple, cette vision du soldat Romain, fait référence à la façon dont les soldats furent payés par les dirigeants Juifs pour dire que mes disciples avaient emporté mon corps. (Mt 18 :11-15)

Ces mêmes dirigeants voulaient tuer Lazare parce que je l’avais ressuscité des morts. Si ma vraie résurrection était crue, ces mêmes dirigeants craignaient de perdre leur autorité sur les gens.

Ils attendaient le Messie promis, mais ils ne pouvaient pas accepter que j’étais le Fils de Dieu et le Messie née de ma Sainte Mère.
Ces dirigeants n’étaient pas au courant de la naissance virginale et de ma conception par le Saint Esprit. Mais c’est vrai que je suis un Dieu-homme et que je suis venu offrir ma vie pour sauver toute l’humanité de ses péchés.  (...)


Les hommes peuvent mentir et penser ce qu’ils veulent, mais vous avez ma vérité révélée dans le Nouveau Testament des quatre évangélistes.

La Bible c’est la parole inspirée de l’Esprit Saint. L’Esprit saint vous aide aussi à vous rappeler et à écrire mes messages. Il vous aide aussi dans vos exposés pour répandre ma parole. Ma résurrection est une promesse à tous mes fidèles, qu’un jour vous serez ressuscités corps et âme. Je vous ai donné mes paroles pour en vivre afin que vous puissiez imiter ma sainteté.
Suivez-moi et suivez le plan que j’ai donné à chacun et qui vous conduira au ciel. Vous avez tous des dons uniques et une mission unique à accomplir qui n’est destinée qu’à vous seuls. »

Messages du Ciel donnés à John Leary - Mercredi le 11 avril 2007.

Jésus dit : « Mon peuple, je suis vraiment le marié attentionné pour ma bien-aimée Église en tant que mon épouse.
Après ma résurrection, j’ai nourri mon Église à ses débuts. Dans l’Évangile d’aujourd’hui, j’ai relaté toutes les prophéties de l’Ancien Testament qui concernaient mes souffrances, pendant que je marchais vers Emmaüs avec quelques-uns de mes disciples. (Lc 14 : 13-35)

Je les ai informés de comment toutes ces prophéties de l’Ancien Testament devaient se réaliser parce que ma parole dans les Écritures est vraie.
Même actuellement, les prophéties de la fin des temps devront également se réaliser.
J’ai aussi assuré tous mes disciples que les portes de l’enfer ne prévaudraient pas contre mon Église.

Mes disciples ont dû attendre dans la chambre haute pour recevoir l’Esprit Saint afin de pouvoir avoir ensuite les dons nécessaires pour sortir et évangéliser toutes les nations. Tout comme que j’ai nourri mon Église primitive, je continue encore aujourd’hui de veiller et de protéger mon Église.  (...)




---